NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive


Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive
Le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, lors des funérailles de Winnie Madikizela-Mandela, à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 14 avril 2018. | PHOTO: WIKUS DE WET / AFP
Procès d’opposants et arrestations de militants de la société civile se multiplient à Brazzaville, alors que la crise économique nourrit la grogne sociale.
 
En l’espace de dix jours, au Congo, un ancien candidat à la présidentielle a été condamné à vingt ans de prison (un autre qui croupit depuis des mois dans une geôle pourrait connaître le même sort très prochainement), deux procès d’anciens dignitaires du régime (un ministre et un général) se sont ouverts, et 23 jeunes militants d’un mouvement citoyen qui exprimaient pacifiquement leur opposition au président Sassou-Nguesso ont été appréhendés par la police à Brazzaville et à Pointe-Noire, la capitale économique.
 
Quel lien entre ces affaires ? Est-ce le signe de la fébrilité d’un pouvoir qui ne peut plus éluder la question de la succession de Denis Sassou-Nguesso, 75 ans cette année dont 34 au sommet de l’Etat, ou au contraire l’expression de sa toute-puissance répressive ? Ces procès et arrestations délivrent un double message : « Tenir la rue en diffusant la peur dans la population et intimider les “traîtres” potentiels, ceux qui sont tentés de quitter le navire du pouvoir », résume Trésor Nzila, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH).
 
Prisonniers politiques
 
Le tournant date de 2015. « On assiste depuis à une dégradation généralisée des droits humains », ajoute M. Nzila. Cette année-là, Denis Sassou-Nguesso fait modifier la Constitution par un référendum joué d’avance pour lui permettre de se présenter à l’élection présidentielle de l’année suivante. Les manifestations anti-référendum sont réprimées. Sans surprise, le président rempile pour un nouveau mandat en mars 2016, non sans avoir soumis le pays, durant dix jours – avant, pendant et après le vote – à un black-out total des communications téléphoniques et d’Internet, interdisant de fait tout contrôle indépendant du scrutin.
 
Selon Trésor Nzila, le pays compterait dorénavant « une centaine de prisonniers politiques » : des dirigeants de l’opposition, de simples militants, des acteurs de la société civile ou des villageois du Pool raflés dans cette région rétive que l’armée a entrepris de « pacifier » à huis clos. « Les autorités congolaises ne se limitent pas aux arrestations arbitraires des opposants et militants : elles vont jusqu’à les torturer et leur infliger des traitements inhumains et dégradants », dénonçait, en mars, Amnesty International. « Il est difficile d’établir le nombre exact de prisonniers politiques, nous n’avons pas accès aux prisons, mais elles sont pleines », ajoute Trésor Nzila.
 
Les organisations de défense des droits humains ont inclus dans cette catégorie le général Jean-Marie Michel Mokoko. Cet officier faisait en effet partie du cercle rapproché de M. Sassou-Nguesso, lui-même ancien militaire, dont il fut le conseiller spécial pour les questions de sécurité après avoir occupé les fonctions de chef d’état-major de l’armée. Originaire du nord du pays, comme le président, Jean-Marie Michel Mokoko a commis un crime de lèse-majesté : se présenter en 2016 contre son ancien chef. « Il paie pour cela », affirme son avocat, Me Eric Yvon Ibouanga.
 
Un procès expéditif
 
Ses ennuis remontent à la campagne électorale. Une vidéo controversée datant de 2007 est alors opportunément exhumée, dans laquelle le général Mokoko serait en train de préparer un coup d’Etat. Les autorités affirment que des armes ont été saisies, après le scrutin de 2016, au domicile du général, ce qu’il conteste. Il sera arrêté dans la foulée de la présidentielle.
 
Son procès expéditif n’a pas permis de faire la lumière sur ses accusations. Aucune preuve n’a été fournie et la défense a refusé de répondre au juge « pour ne pas légitimer ces accusations ni la juridiction », explique son avocat. La cour l’a toutefois condamné, vendredi 11 mai, à vingt ans de prison pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ». « C’est un verdict très lourd mais prévisible, malheureusement, compte tenu de l’absence d’indépendance de la justice congolaise », dénonce Laurent Duarte, coordinateur de la campagne internationale « Tournons la page » visant à promouvoir la démocratie et l’alternance en Afrique.
 
Autre candidat à la présidentielle de 2016, André Okombi Salissa est lui aussi aux mains de la justice, depuis janvier 2017. Comme le général Mokoko, il n’a pas reconnu la victoire de Denis Sassou-Nguesso. Il se retrouve sous le coup d’une inculpation pour « atteinte à la sûreté intérieure » et « détention illégale d’armes ». Idem pour Jean-Martin Mbemba, ancien ministre de la justice et ex-président de la Commission nationale des droits de l’homme, tandis que le général Norbert Dabira, ancien inspecteur des armées, comparaît actuellement devant la justice, accusé d’avoir voulu abattre le président.
 
Cette vague répressive s’inscrit dans un contexte politique sensible et opaque lié à la question de « l’après-Sassou ». L’homme autour duquel la politique congolaise tourne depuis des décennies ne donne pas l’impression de vouloir passer la main. Mais en coulisses, on s’activerait. « Il y a une lutte entre clans pour conserver ou prendre le pouvoir après Sassou », affirme un observateur local. Parmi eux figurerait le propre fils de l’actuel chef de l’Etat, Denis Christel Sassou-Nguesso, dit « Kiki », qui avait la haute main sur les affaires pétrolières de ce pays disposant des quatrièmes plus importantes réserves d’or noir au sud du Sahara.
 
Nouvelle forme de contestation
 
Parallèlement, la pression s’accentue sur certaines organisations de la société civile, notamment le mouvement « Ras-le-bol ». Vingt-trois de ses militants, dont leur coordinateur national, Franck Nzila, ont été arrêtés les 7 et 9 mai à Pointe-Noire et Brazzaville par des agents de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST). Dix-huit d’entre eux ont été libérés depuis.
 
Ce mouvement, essentiellement urbain et adepte des happenings pacifiques, ne dispose pourtant pas d’un pouvoir de mobilisation massif. Mais le pouvoir pourrait chercher à tuer dans l’œuf une nouvelle forme de contestation, plus sociale et moins politique, qui éclôt sur le lit d’une profonde crise économique.
 
Car le Congo va mal. « L’économie congolaise souffre des effets des bas prix du pétrole, d’une dette insoutenable [127 % du PIB] et des défis importants liés à la gouvernance », écrivait mi-avril le Fonds monétaire international (FMI) au retour d’une mission : « Une récession prolongée de l’économie non pétrolière affecte négativement les populations vulnérables. »
 
En d’autres termes, le Congo, régi par un système hautement corrompu, étranglé financièrement, ne paie plus ses fonctionnaires, ses retraités ni ses créanciers congolais, alors qu’une élite continue de s’enrichir. C’est peut-être là que réside le plus grand danger pour le pouvoir : la misère et que, soudain, la rue se soulève.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus

Elections en RDC: nouvelle concertation, pas de consensus
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

La "machine à voter" et le fichier électoral, deux écueils à deux mois et demi des élections en République démocratique du Congo, ont nourri mercredi une nouvelle réunion entre la commission électorale et les candidats à... Lire la suite >

Un jeune milliardaire enlevé

Un jeune milliardaire enlevé
Ven 12 Oct 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'homme considéré comme le plus jeune milliardaire du continent africain, le businessman tanzanien Mohammed Dewji, a été enlevé jeudi par des hommes armés à Dar es Salaam, ont indiqué des sources officielles.   Dirigeant à... Lire la suite >

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »

Présidentielle au Cameroun : plusieurs partis d’opposition dénoncent des « fraudes »
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Après la surprise causée par l’annonce de Maurice Kamto de sa victoire le lendemain du scrutin, des candidats font le décompte d’« anomalies » et préparent des recours.   Ce ne sont que quelques phrases, mais elles pourraient changer... Lire la suite >

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays

Les Burkinabés de plus en plus inquiets face aux attaques récurrentes aux confins du pays
Mer 10 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

En deux semaines, une vingtaine de membres des forces de sécurité ont été tués dans le nord et l’est du Burkina Faso.   Samedi 6 octobre, Ouagadougou bruissait de rumeurs sur la mort d’un soldat de la force « Barkhane » dans ... Lire la suite >

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent

Mali : quand les serviteurs de la justice se rebiffent
Ven 05 Oct 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Face au manque de moyens qui va jusqu'à menacer leur sécurité, les magistrats maliens ont décidé de répliquer en réclamant l'application des accords signés avec le gouvernement. Plus que jamais, la situation est grave.   Depuis... Lire la suite >

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »

« La faiblesse du dossier contre Laurent Gbagbo a fait un tort considérable à la crédibilité de la CPI »
Ven 05 Oct 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, le bureau du procureur de la Cour pénale internationale a échoué à convaincre de la culpabilité de l’ex-président ivoirien, dont le procès reprend.   Chronique. Le 11 avril 2011, Laurent Gbagbo était... Lire la suite >

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent

Mali - Nord : là où insécurité et terrorisme rôdent
Sam 29 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Une nouvelle flambée de violences a fait 35 morts en une semaine. La France a largué 120 parachutistes de Barkhane pour accompagner l'action des autres forces sur le terrain.   Le décompte a été rendu public par le ministère de la Sécurité... Lire la suite >

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »

Neuf ans après le massacre du 28 septembre à Conakry, « il faut mettre fin à l’impunité totale »
Sam 29 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Des organisations guinéennes et internationales de défense des droits humains appellent à l’organisation du procès sans délai.   Tribune. Personne n’a encore été jugé en Guinée pour le massacre du Stade du 28-Septembre... Lire la suite >

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »

« La dette n’est pas un problème chinois, c’est un problème africain »
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Pour Jean-Louis Billon, ancien ministre du commerce de Côte d’Ivoire, « le vrai sujet n’est pas le niveau de la dette mais sa soutenabilité ».   Tribune. Comment souvent lorsque l’on parle de la Chine en Afrique, les clichés, les raccourcis... Lire la suite >

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire

Cameroun : une filiale du groupe Bolloré condamnée dans une catastrophe ferroviaire
Ven 28 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Camerail et onze actuels et anciens employés sont reconnus coupables d’« homicide involontaire » dans la catastrophe d’Eseka, qui avait fait 79 morts en 2016.     Il est 11 h 38, mercredi 26 septembre au tribunal de première instance d’Eseka,... Lire la suite >

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop

Nigeria: répétition générale de l'élection présidentielle au rythme de l'afropop
Lun 24 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Star multimillionnaire de l'afropop, célébré à travers l'Afrique, le Nigérian Davido a retiré son costume de scène pour enfiler celui de militant politique, afin d'apporter son soutien à son oncle, que ses millions de fans pourraient... Lire la suite >

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »

Pour la réforme foncière au Liberia, « le plus difficile commence »
Lun 24 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’application de la nouvelle loi, historique, sera un défi pour l’Etat, estime Gilles Yabi, fondateur du cercle de réflexion WATHI, dans un entretien au « Monde ».   Au Liberia, la loi réformant la propriété foncière, ... Lire la suite >

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est
Ven 21 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le prêtre italien enlevé au Niger aurait été emmené au Burkina voisin, où les attaques se multiplient faute de réponse sécuritaire adéquate.   L’enlèvement d’un prêtre missionnaire italien, dans la... Lire la suite >

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?
Ven 21 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Les billets de banque concernés étaient dans des conteneurs et des sacs. Une enquête a été ouverte à la suite de la constatation de la perte de leur trace.   Alors que le pays dirigé par George Weah a un important besoin d'argent, voilà... Lire la suite >

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables
Mer 19 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie: 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d'autres pays d'Europe. Mais leur courage n'a pas suffi,... Lire la suite >

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »
Mer 19 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Pour le milliardaire américain, au-delà de la question migratoire, l'enjeu est de montrer que l'investissement dans la santé et l'éducation peut changer la trajectoire du continent.   La population africaine, la plus jeune du monde, connaît... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS