Côte d'Ivoire: pour le politologue Sylvain N'Guessan, "il y a une réelle volonté d'alliance" entre le PDCI et le FPI toutes tendances confondues
NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive


Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive
Le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, lors des funérailles de Winnie Madikizela-Mandela, à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 14 avril 2018. | PHOTO: WIKUS DE WET / AFP
Procès d’opposants et arrestations de militants de la société civile se multiplient à Brazzaville, alors que la crise économique nourrit la grogne sociale.
 
En l’espace de dix jours, au Congo, un ancien candidat à la présidentielle a été condamné à vingt ans de prison (un autre qui croupit depuis des mois dans une geôle pourrait connaître le même sort très prochainement), deux procès d’anciens dignitaires du régime (un ministre et un général) se sont ouverts, et 23 jeunes militants d’un mouvement citoyen qui exprimaient pacifiquement leur opposition au président Sassou-Nguesso ont été appréhendés par la police à Brazzaville et à Pointe-Noire, la capitale économique.
 
Quel lien entre ces affaires ? Est-ce le signe de la fébrilité d’un pouvoir qui ne peut plus éluder la question de la succession de Denis Sassou-Nguesso, 75 ans cette année dont 34 au sommet de l’Etat, ou au contraire l’expression de sa toute-puissance répressive ? Ces procès et arrestations délivrent un double message : « Tenir la rue en diffusant la peur dans la population et intimider les “traîtres” potentiels, ceux qui sont tentés de quitter le navire du pouvoir », résume Trésor Nzila, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH).
 
Prisonniers politiques
 
Le tournant date de 2015. « On assiste depuis à une dégradation généralisée des droits humains », ajoute M. Nzila. Cette année-là, Denis Sassou-Nguesso fait modifier la Constitution par un référendum joué d’avance pour lui permettre de se présenter à l’élection présidentielle de l’année suivante. Les manifestations anti-référendum sont réprimées. Sans surprise, le président rempile pour un nouveau mandat en mars 2016, non sans avoir soumis le pays, durant dix jours – avant, pendant et après le vote – à un black-out total des communications téléphoniques et d’Internet, interdisant de fait tout contrôle indépendant du scrutin.
 
Selon Trésor Nzila, le pays compterait dorénavant « une centaine de prisonniers politiques » : des dirigeants de l’opposition, de simples militants, des acteurs de la société civile ou des villageois du Pool raflés dans cette région rétive que l’armée a entrepris de « pacifier » à huis clos. « Les autorités congolaises ne se limitent pas aux arrestations arbitraires des opposants et militants : elles vont jusqu’à les torturer et leur infliger des traitements inhumains et dégradants », dénonçait, en mars, Amnesty International. « Il est difficile d’établir le nombre exact de prisonniers politiques, nous n’avons pas accès aux prisons, mais elles sont pleines », ajoute Trésor Nzila.
 
Les organisations de défense des droits humains ont inclus dans cette catégorie le général Jean-Marie Michel Mokoko. Cet officier faisait en effet partie du cercle rapproché de M. Sassou-Nguesso, lui-même ancien militaire, dont il fut le conseiller spécial pour les questions de sécurité après avoir occupé les fonctions de chef d’état-major de l’armée. Originaire du nord du pays, comme le président, Jean-Marie Michel Mokoko a commis un crime de lèse-majesté : se présenter en 2016 contre son ancien chef. « Il paie pour cela », affirme son avocat, Me Eric Yvon Ibouanga.
 
Un procès expéditif
 
Ses ennuis remontent à la campagne électorale. Une vidéo controversée datant de 2007 est alors opportunément exhumée, dans laquelle le général Mokoko serait en train de préparer un coup d’Etat. Les autorités affirment que des armes ont été saisies, après le scrutin de 2016, au domicile du général, ce qu’il conteste. Il sera arrêté dans la foulée de la présidentielle.
 
Son procès expéditif n’a pas permis de faire la lumière sur ses accusations. Aucune preuve n’a été fournie et la défense a refusé de répondre au juge « pour ne pas légitimer ces accusations ni la juridiction », explique son avocat. La cour l’a toutefois condamné, vendredi 11 mai, à vingt ans de prison pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ». « C’est un verdict très lourd mais prévisible, malheureusement, compte tenu de l’absence d’indépendance de la justice congolaise », dénonce Laurent Duarte, coordinateur de la campagne internationale « Tournons la page » visant à promouvoir la démocratie et l’alternance en Afrique.
 
Autre candidat à la présidentielle de 2016, André Okombi Salissa est lui aussi aux mains de la justice, depuis janvier 2017. Comme le général Mokoko, il n’a pas reconnu la victoire de Denis Sassou-Nguesso. Il se retrouve sous le coup d’une inculpation pour « atteinte à la sûreté intérieure » et « détention illégale d’armes ». Idem pour Jean-Martin Mbemba, ancien ministre de la justice et ex-président de la Commission nationale des droits de l’homme, tandis que le général Norbert Dabira, ancien inspecteur des armées, comparaît actuellement devant la justice, accusé d’avoir voulu abattre le président.
 
Cette vague répressive s’inscrit dans un contexte politique sensible et opaque lié à la question de « l’après-Sassou ». L’homme autour duquel la politique congolaise tourne depuis des décennies ne donne pas l’impression de vouloir passer la main. Mais en coulisses, on s’activerait. « Il y a une lutte entre clans pour conserver ou prendre le pouvoir après Sassou », affirme un observateur local. Parmi eux figurerait le propre fils de l’actuel chef de l’Etat, Denis Christel Sassou-Nguesso, dit « Kiki », qui avait la haute main sur les affaires pétrolières de ce pays disposant des quatrièmes plus importantes réserves d’or noir au sud du Sahara.
 
Nouvelle forme de contestation
 
Parallèlement, la pression s’accentue sur certaines organisations de la société civile, notamment le mouvement « Ras-le-bol ». Vingt-trois de ses militants, dont leur coordinateur national, Franck Nzila, ont été arrêtés les 7 et 9 mai à Pointe-Noire et Brazzaville par des agents de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST). Dix-huit d’entre eux ont été libérés depuis.
 
Ce mouvement, essentiellement urbain et adepte des happenings pacifiques, ne dispose pourtant pas d’un pouvoir de mobilisation massif. Mais le pouvoir pourrait chercher à tuer dans l’œuf une nouvelle forme de contestation, plus sociale et moins politique, qui éclôt sur le lit d’une profonde crise économique.
 
Car le Congo va mal. « L’économie congolaise souffre des effets des bas prix du pétrole, d’une dette insoutenable [127 % du PIB] et des défis importants liés à la gouvernance », écrivait mi-avril le Fonds monétaire international (FMI) au retour d’une mission : « Une récession prolongée de l’économie non pétrolière affecte négativement les populations vulnérables. »
 
En d’autres termes, le Congo, régi par un système hautement corrompu, étranglé financièrement, ne paie plus ses fonctionnaires, ses retraités ni ses créanciers congolais, alors qu’une élite continue de s’enrichir. C’est peut-être là que réside le plus grand danger pour le pouvoir : la misère et que, soudain, la rue se soulève.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le caoutchouc ne fait plus recette en Côte d'Ivoire, 1er producteur africain

Le caoutchouc ne fait plus recette en Côte d'Ivoire, 1er producteur africain
Mar 14 Aoû 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Economie

"On ne s'y retrouve plus, on n'a rien!" s'écrie un planteur d'hévéas en Côte d'Ivoire, premier producteur africain de caoutchouc: en dix ans, les hévéaculteurs ont vu leurs revenus divisés par cinq, victimes d'une surproduction... Lire la suite >

Présidentielle au Mali : forte abstention, violences et suspicions

Présidentielle au Mali : forte abstention, violences et suspicions
Mar 14 Aoû 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Les Maliens ont répondu aux abonnés absents au second tour de la présidentielle de dimanche. Un scrutin a priori entaché de nombreux soupçons de fraudes et même de violences avec la mort d'un président de bureau de vote dans le nord du pays.   Le... Lire la suite >

RD Congo : qui est Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Kabila ?

RD Congo : qui est Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Kabila ?
Jeu 09 Aoû 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Après des mois de suspense, le président Joseph Kabila a choisi Ramazani Shadary pour représenter le pouvoir à l'élection présidentielle du 23 décembre.   Le président congolais Joseph Kabila a mis fin à un suspense devenu... Lire la suite >

Cameroun : « Le chef de l’Etat a peur de la mort, c’est pour ça qu’il s’accroche »

Cameroun : « Le chef de l’Etat a peur de la mort, c’est pour ça qu’il s’accroche »
Jeu 09 Aoû 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans une tribune, l’écrivain Michel Tagne Foko réagit à la décision de Paul Biya, 85 ans, de se représenter à l’élection présidentielle en octobre.   Tribune. On parlait du Cameroun. De la décision du chef de ... Lire la suite >

Au Sénégal, les avocats de Khalifa Sall se retirent du procès en appel

Au Sénégal, les avocats de Khalifa Sall se retirent du procès en appel
Ven 27 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

La défense du maire de Dakar a quitté le prétoire jusqu’à la fin de la procédure pour protester contre « un procès politique et le non-respect des droits » de leur client.   Un rebondissement, encore un, dans un procès... Lire la suite >

Lassy King Massassy : « Le Mali, une démocratie qui marche à cloche-pied »

Lassy King Massassy : « Le Mali, une démocratie qui marche à cloche-pied »
Ven 27 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Culture

ENTRETIEN. Comptant parmi les artistes les plus prolifiques de la scène malienne, Lassy King Massassy, musicien et photographe, a partagé avec Le Point Afrique son regard sur son pays.   Choisir comme nom d'artiste Lassy King Massassy, c'est déjà rappeler... Lire la suite >

Général Guibert : « Au Mali, il faut faire converger les stratégies militaire et de développement »

Général Guibert : « Au Mali, il faut faire converger les stratégies militaire et de développement »
Jeu 26 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le commandant de la force française « Barkhane » dresse le bilan de sa mission à la veille d’un scrutin présidentiel sous haute tension.   Après un an passé à la tête de l’opération « Barkhane »,... Lire la suite >

Migrations : le New Deal du Parlement européen

Migrations : le New Deal du Parlement européen
Jeu 26 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Sous la houlette de son président Antonio Tajani, le Parlement européen prend résolument le pli d'une solution globale pour décourager les migrations en s'appuyant notamment sur le volet économique. Illustration au Niger.   « En apportant... Lire la suite >

Nigeria: 15 sénateurs font défection du parti au pouvoir

Nigeria: 15 sénateurs font défection du parti au pouvoir
Mer 25 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Quinze sénateurs nigérians ont fait défection du parti au pouvoir du président Muhammadu Buhari, confronté à de graves dissensions internes à un peu plus de six mois de la présidentielle, a annoncé mardi le président du Sénat... Lire la suite >

Nouveau bras de fer entre le président angolais et Isabel dos Santos

Nouveau bras de fer entre le président angolais et Isabel dos Santos
Mer 25 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Economie

Joao Lourenço a abrogé en juin une concession accordée à la société de la fille de l’ex-président angolais pour la construction d’un port en eaux profondes.   La femme d’affaires et fille de l’ex-président... Lire la suite >

N'Djamena accuse Amnesty de "saper les efforts" du gouvernement tchadien

N'Djamena accuse Amnesty de
Mar 24 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le Tchad a qualifié d'"accusations graves" destinés à "saper les efforts" des autorités, le contenu du rapport d'Amnesty international qui avait dénoncé mi-juillet  "un lien étroit" entre mesures d'austérité... Lire la suite >

Manifestations interdites à Conakry contre la hausse du prix du carburant

Manifestations interdites à Conakry contre la hausse du prix du carburant
Mar 24 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Economie

Depuis début juillet, des manifestations ont lieu régulièrement en Guinée pour protester contre des mesures d’austérité.   A coups de canon à eau et de gaz lacrymogènes, la police guinéenne a dispersé, lundi ... Lire la suite >

Présidentielle en Côte d'Ivoire : Guillaume Soro va "réfléchir"

Présidentielle en Côte d'Ivoire : Guillaume Soro va
Dim 22 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Le président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire Guillaume Soro a déclaré dans un entretien à RFI et France 24 qu'il allait "réfléchir" à se présenter à la prochaine élection présidentielle... Lire la suite >

Dans le "Far-East" guinéen, appât de l'or et conflits villageois font des ravages

Dans le
Dim 22 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Plus de 300 fusillades, au moins 23 tués en six mois: l'extrême nord-est de la Guinée, dont le sous-sol regorge d'or et où les armes prolifèrent, est l'endroit "le plus dangereux" du pays, ont indiqué vendredi des sources sécuritaire... Lire la suite >

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »
Ven 20 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur dénonce la vision du président français, biaisée par une représentation erronée de l’Afrique.   Chronique. En marge de sa visite au Nigeria, Emmanuel Macron a accordé une interview à l’animateur Claudy... Lire la suite >

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie
Ven 20 Juil 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

La Francophonie est entrée en campagne pour choisir la personnalité qui va la diriger durant les quatre prochaines années. La France et le Canada, les deux puissances dominantes de l’organisation francophone, ont chacune choisi leur championne et s’apprêtent... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS