NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive


Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive
Le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, lors des funérailles de Winnie Madikizela-Mandela, à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 14 avril 2018. | PHOTO: WIKUS DE WET / AFP
Procès d’opposants et arrestations de militants de la société civile se multiplient à Brazzaville, alors que la crise économique nourrit la grogne sociale.
 
En l’espace de dix jours, au Congo, un ancien candidat à la présidentielle a été condamné à vingt ans de prison (un autre qui croupit depuis des mois dans une geôle pourrait connaître le même sort très prochainement), deux procès d’anciens dignitaires du régime (un ministre et un général) se sont ouverts, et 23 jeunes militants d’un mouvement citoyen qui exprimaient pacifiquement leur opposition au président Sassou-Nguesso ont été appréhendés par la police à Brazzaville et à Pointe-Noire, la capitale économique.
 
Quel lien entre ces affaires ? Est-ce le signe de la fébrilité d’un pouvoir qui ne peut plus éluder la question de la succession de Denis Sassou-Nguesso, 75 ans cette année dont 34 au sommet de l’Etat, ou au contraire l’expression de sa toute-puissance répressive ? Ces procès et arrestations délivrent un double message : « Tenir la rue en diffusant la peur dans la population et intimider les “traîtres” potentiels, ceux qui sont tentés de quitter le navire du pouvoir », résume Trésor Nzila, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH).
 
Prisonniers politiques
 
Le tournant date de 2015. « On assiste depuis à une dégradation généralisée des droits humains », ajoute M. Nzila. Cette année-là, Denis Sassou-Nguesso fait modifier la Constitution par un référendum joué d’avance pour lui permettre de se présenter à l’élection présidentielle de l’année suivante. Les manifestations anti-référendum sont réprimées. Sans surprise, le président rempile pour un nouveau mandat en mars 2016, non sans avoir soumis le pays, durant dix jours – avant, pendant et après le vote – à un black-out total des communications téléphoniques et d’Internet, interdisant de fait tout contrôle indépendant du scrutin.
 
Selon Trésor Nzila, le pays compterait dorénavant « une centaine de prisonniers politiques » : des dirigeants de l’opposition, de simples militants, des acteurs de la société civile ou des villageois du Pool raflés dans cette région rétive que l’armée a entrepris de « pacifier » à huis clos. « Les autorités congolaises ne se limitent pas aux arrestations arbitraires des opposants et militants : elles vont jusqu’à les torturer et leur infliger des traitements inhumains et dégradants », dénonçait, en mars, Amnesty International. « Il est difficile d’établir le nombre exact de prisonniers politiques, nous n’avons pas accès aux prisons, mais elles sont pleines », ajoute Trésor Nzila.
 
Les organisations de défense des droits humains ont inclus dans cette catégorie le général Jean-Marie Michel Mokoko. Cet officier faisait en effet partie du cercle rapproché de M. Sassou-Nguesso, lui-même ancien militaire, dont il fut le conseiller spécial pour les questions de sécurité après avoir occupé les fonctions de chef d’état-major de l’armée. Originaire du nord du pays, comme le président, Jean-Marie Michel Mokoko a commis un crime de lèse-majesté : se présenter en 2016 contre son ancien chef. « Il paie pour cela », affirme son avocat, Me Eric Yvon Ibouanga.
 
Un procès expéditif
 
Ses ennuis remontent à la campagne électorale. Une vidéo controversée datant de 2007 est alors opportunément exhumée, dans laquelle le général Mokoko serait en train de préparer un coup d’Etat. Les autorités affirment que des armes ont été saisies, après le scrutin de 2016, au domicile du général, ce qu’il conteste. Il sera arrêté dans la foulée de la présidentielle.
 
Son procès expéditif n’a pas permis de faire la lumière sur ses accusations. Aucune preuve n’a été fournie et la défense a refusé de répondre au juge « pour ne pas légitimer ces accusations ni la juridiction », explique son avocat. La cour l’a toutefois condamné, vendredi 11 mai, à vingt ans de prison pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ». « C’est un verdict très lourd mais prévisible, malheureusement, compte tenu de l’absence d’indépendance de la justice congolaise », dénonce Laurent Duarte, coordinateur de la campagne internationale « Tournons la page » visant à promouvoir la démocratie et l’alternance en Afrique.
 
Autre candidat à la présidentielle de 2016, André Okombi Salissa est lui aussi aux mains de la justice, depuis janvier 2017. Comme le général Mokoko, il n’a pas reconnu la victoire de Denis Sassou-Nguesso. Il se retrouve sous le coup d’une inculpation pour « atteinte à la sûreté intérieure » et « détention illégale d’armes ». Idem pour Jean-Martin Mbemba, ancien ministre de la justice et ex-président de la Commission nationale des droits de l’homme, tandis que le général Norbert Dabira, ancien inspecteur des armées, comparaît actuellement devant la justice, accusé d’avoir voulu abattre le président.
 
Cette vague répressive s’inscrit dans un contexte politique sensible et opaque lié à la question de « l’après-Sassou ». L’homme autour duquel la politique congolaise tourne depuis des décennies ne donne pas l’impression de vouloir passer la main. Mais en coulisses, on s’activerait. « Il y a une lutte entre clans pour conserver ou prendre le pouvoir après Sassou », affirme un observateur local. Parmi eux figurerait le propre fils de l’actuel chef de l’Etat, Denis Christel Sassou-Nguesso, dit « Kiki », qui avait la haute main sur les affaires pétrolières de ce pays disposant des quatrièmes plus importantes réserves d’or noir au sud du Sahara.
 
Nouvelle forme de contestation
 
Parallèlement, la pression s’accentue sur certaines organisations de la société civile, notamment le mouvement « Ras-le-bol ». Vingt-trois de ses militants, dont leur coordinateur national, Franck Nzila, ont été arrêtés les 7 et 9 mai à Pointe-Noire et Brazzaville par des agents de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST). Dix-huit d’entre eux ont été libérés depuis.
 
Ce mouvement, essentiellement urbain et adepte des happenings pacifiques, ne dispose pourtant pas d’un pouvoir de mobilisation massif. Mais le pouvoir pourrait chercher à tuer dans l’œuf une nouvelle forme de contestation, plus sociale et moins politique, qui éclôt sur le lit d’une profonde crise économique.
 
Car le Congo va mal. « L’économie congolaise souffre des effets des bas prix du pétrole, d’une dette insoutenable [127 % du PIB] et des défis importants liés à la gouvernance », écrivait mi-avril le Fonds monétaire international (FMI) au retour d’une mission : « Une récession prolongée de l’économie non pétrolière affecte négativement les populations vulnérables. »
 
En d’autres termes, le Congo, régi par un système hautement corrompu, étranglé financièrement, ne paie plus ses fonctionnaires, ses retraités ni ses créanciers congolais, alors qu’une élite continue de s’enrichir. C’est peut-être là que réside le plus grand danger pour le pouvoir : la misère et que, soudain, la rue se soulève.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le Mali se prépare à une élection présidentielle « pas parfaite à 100 % »

Le Mali se prépare à une élection présidentielle « pas parfaite à 100 % »
Ven 22 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

A un mois du scrutin, l’absence de représentants de l’Etat dans le nord et le centre du pays complique la distribution des cartes d’électeurs et nourrit la crainte de fraudes.   Vendredi 8 juin 2018. Le sourire aux lèvres, un homme marche, parmi... Lire la suite >

« Monsieur Macron, accordez asile et protection à un jeune blogueur mauritanien brisé »

« Monsieur Macron, accordez asile et protection à un jeune blogueur mauritanien brisé »
Ven 22 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’avocat de Mohamed Cheikh Mkheitir adresse une lettre ouverte au président français, qui se rendra en juillet au sommet de l’Union africaine à Nouakchott.   Tribune. Monsieur le Président de la République française, La Mauritanie... Lire la suite >

« Le plus grand frein de l'investissement au Mali n'est pas l'insécurité, mais la corruption »

« Le plus grand frein de l'investissement au Mali n'est pas l'insécurité, mais la corruption »
Mer 20 Juin 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ENTRETIEN. Patron des patrons maliens depuis octobre 2015, Mamadou Sinsy Coulibaly pointe du doigt les travers de l'environnement économique de son pays.   Rien du nabab chez lui, sinon peut-être la rutilante villa qu'il s'est fait construire sur les rives du... Lire la suite >

Ces « flibustiers des affaires » qui prospèrent en Centrafrique

Ces « flibustiers des affaires » qui prospèrent en Centrafrique
Mer 20 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

L’ex-joueur de tennis Boris Becker s’est récemment prévalu d’un statut de diplomate centrafricain. Bangui a aussitôt démenti, mais le pays demeure un terrain de jeu pour les escrocs.   Escrocs et conseillers véreux sont nombreux à... Lire la suite >

Sénégal: Karim Wade s’attaque violemment au président Macky Sall

Sénégal: Karim Wade s’attaque violemment au président Macky Sall
Lun 18 Juin 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Sénégal, le président Macky Sall a appelé l’opposition au dialogue, vendredi 15 juin, lors de la fête de Korité, pour célébrer la fin du ramadan. Le dialogue est boycotté depuis des mois, notamment par le Parti démocratique... Lire la suite >

Aquarius: deux migrants se seraient noyés lors des opérations de sauvetage

Aquarius: deux migrants se seraient noyés lors des opérations de sauvetage
Dim 17 Juin 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

L'ONG Médecins sans frontières a confirmé que deux migrants se seraient noyés pendant les opérations de sauvetage de l'Aquarius lors du week-end dernier. Hassiba Hadj Sahraoui, conseillère en affaires humanitaires de MSF, fait le point sur RFI et ... Lire la suite >

L'Angola lusophone fait les yeux doux au Commonwealth et

L'Angola lusophone fait les yeux doux au Commonwealth et
Ven 15 Juin 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Faire d'une pierre deux coups. C'est l'ambition du nouveau président angolais Joao Lourenço qui souhaite, contre toute attente, voir son pays, une ancienne colonie portugaise, intégrer à la fois la Francophonie et le Commonwealth britannique.   La... Lire la suite >

Tiémoko Assalé, le patron de presse qui déchaîne Abidjan

Tiémoko Assalé, le patron de presse qui déchaîne Abidjan
Ven 15 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le directeur de l’hebdomadaire satirique « L’Eléphant déchaîné », à l’origine de nombreuses révélations en Côte d’Ivoire, se laisse tenter par la politique.   Tiémoko Antoine Assalé... Lire la suite >

Afrique : « Du point de vue économique, les migrations sont bénéfiques »

Afrique : « Du point de vue économique, les migrations sont bénéfiques »
Jeu 14 Juin 2018 | Source : afriquelepoint ... | dans Economie

C'est un rapport de la Cnuced qui bat en brèche un certain nombre d'idées reçues sur les migrations. Et pointe le rôle économique positif des migrations intra-africaines.   Les images des 629 migrants secourus au large de la Libye par le navire... Lire la suite >

Corruption dans le foot ghanéen: la caméra cachée est "l'option ultime"

Corruption dans le foot ghanéen: la caméra cachée est
Jeu 14 Juin 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Sports

Pour le journaliste ghanéen Anas Aremeyaw Anas, qui a réalisé le documentaire Number 12, et déjà fait tomber le président de la fédération de football de son pays pour des soupçons de corruption, "dissimuler son nom et son identité... Lire la suite >

Déchets - Sénégal : un casse-tête nommé Mbeubeuss

Déchets - Sénégal : un casse-tête nommé Mbeubeuss
Dim 10 Juin 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

REPORTAGE. Si la protection de l'environnement commence par la gestion des déchets, Dakar a encore du pain sur la planche. Explication.   Mbeubeuss. Ce nom réveille dans l'esprit de nombreux Dakarois l'image d'une montagne de plus en plus importante de déchets,... Lire la suite >

[Décryptage] Une candidature rwandaise à la tête de l'OIF: pourquoi et comment?

[Décryptage] Une candidature rwandaise à la tête de l'OIF: pourquoi et comment?
Dim 10 Juin 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Rien ne va plus à l’Organisation internationale de la Francophonie. A quatre mois de l’élection cruciale à la tête de l’OIF, la campagne vient de commencer avec l’annonce de la candidature de la Rwandaise Louise Mushikiwabo, soutenue par la France.... Lire la suite >

Togo: la crise politique s'enlise, l'économie souffre et les boutiques ferment

Togo: la crise politique s'enlise, l'économie souffre et les boutiques ferment
Ven 08 Juin 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Assis au milieu de sa boutique à Déckon, Seibou Issa fait le point avec ses deux employés. La journée n'a pas été bonne, comme tous les jours ou presque depuis que le Togo a plongé dans une grave crise politique en septembre dernier.   "Les... Lire la suite >

Au Burundi, Pierre Nkurunziza renonce à la présidence à vie… pas à la monarchie

Au Burundi, Pierre Nkurunziza renonce à la présidence à vie… pas à la monarchie
Ven 08 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le chef de l’Etat a annoncé ne pas vouloir se représenter en 2020 tout en promulguant une nouvelle Constitution qui lui permet de rétablir la monarchie.   C’est dans un discours solennel, mêlant le « je » et le « nous » pour... Lire la suite >

Le parlement nigérian menace Buhari de destitution

Le parlement nigérian menace Buhari de destitution
Jeu 07 Juin 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Les parlementaires nigérians ont menacé mercredi le président Muhammadu Buhari de recourir à une procédure de destitution si des mesures fortes ne sont pas prises pour endiguer la corruption et rétablir la sécurité dans le pays, révélant... Lire la suite >

Dans le centre du Mali, « c’est la souffrance, la fatigue et la peur qui nous ont poussés à fuir »

Dans le centre du Mali, « c’est la souffrance, la fatigue et la peur qui nous ont poussés à fuir »
Mer 06 Juin 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’abandon de l’Etat et la prolifération des armes aggravent les affrontements entre Dogon et Peuls qui ont déjà fait 70 morts depuis le début de l’année.   Un seau en plastique, c’est l’objet que désigne Oumou Barry... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS