NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive


Au Congo, le régime de Sassou-Nguesso exprime sa toute-puissance répressive
Le président congolais, Denis Sassou-Nguesso, lors des funérailles de Winnie Madikizela-Mandela, à Johannesburg, en Afrique du Sud, le 14 avril 2018. | PHOTO: WIKUS DE WET / AFP
Procès d’opposants et arrestations de militants de la société civile se multiplient à Brazzaville, alors que la crise économique nourrit la grogne sociale.
 
En l’espace de dix jours, au Congo, un ancien candidat à la présidentielle a été condamné à vingt ans de prison (un autre qui croupit depuis des mois dans une geôle pourrait connaître le même sort très prochainement), deux procès d’anciens dignitaires du régime (un ministre et un général) se sont ouverts, et 23 jeunes militants d’un mouvement citoyen qui exprimaient pacifiquement leur opposition au président Sassou-Nguesso ont été appréhendés par la police à Brazzaville et à Pointe-Noire, la capitale économique.
 
Quel lien entre ces affaires ? Est-ce le signe de la fébrilité d’un pouvoir qui ne peut plus éluder la question de la succession de Denis Sassou-Nguesso, 75 ans cette année dont 34 au sommet de l’Etat, ou au contraire l’expression de sa toute-puissance répressive ? Ces procès et arrestations délivrent un double message : « Tenir la rue en diffusant la peur dans la population et intimider les “traîtres” potentiels, ceux qui sont tentés de quitter le navire du pouvoir », résume Trésor Nzila, directeur exécutif de l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH).
 
Prisonniers politiques
 
Le tournant date de 2015. « On assiste depuis à une dégradation généralisée des droits humains », ajoute M. Nzila. Cette année-là, Denis Sassou-Nguesso fait modifier la Constitution par un référendum joué d’avance pour lui permettre de se présenter à l’élection présidentielle de l’année suivante. Les manifestations anti-référendum sont réprimées. Sans surprise, le président rempile pour un nouveau mandat en mars 2016, non sans avoir soumis le pays, durant dix jours – avant, pendant et après le vote – à un black-out total des communications téléphoniques et d’Internet, interdisant de fait tout contrôle indépendant du scrutin.
 
Selon Trésor Nzila, le pays compterait dorénavant « une centaine de prisonniers politiques » : des dirigeants de l’opposition, de simples militants, des acteurs de la société civile ou des villageois du Pool raflés dans cette région rétive que l’armée a entrepris de « pacifier » à huis clos. « Les autorités congolaises ne se limitent pas aux arrestations arbitraires des opposants et militants : elles vont jusqu’à les torturer et leur infliger des traitements inhumains et dégradants », dénonçait, en mars, Amnesty International. « Il est difficile d’établir le nombre exact de prisonniers politiques, nous n’avons pas accès aux prisons, mais elles sont pleines », ajoute Trésor Nzila.
 
Les organisations de défense des droits humains ont inclus dans cette catégorie le général Jean-Marie Michel Mokoko. Cet officier faisait en effet partie du cercle rapproché de M. Sassou-Nguesso, lui-même ancien militaire, dont il fut le conseiller spécial pour les questions de sécurité après avoir occupé les fonctions de chef d’état-major de l’armée. Originaire du nord du pays, comme le président, Jean-Marie Michel Mokoko a commis un crime de lèse-majesté : se présenter en 2016 contre son ancien chef. « Il paie pour cela », affirme son avocat, Me Eric Yvon Ibouanga.
 
Un procès expéditif
 
Ses ennuis remontent à la campagne électorale. Une vidéo controversée datant de 2007 est alors opportunément exhumée, dans laquelle le général Mokoko serait en train de préparer un coup d’Etat. Les autorités affirment que des armes ont été saisies, après le scrutin de 2016, au domicile du général, ce qu’il conteste. Il sera arrêté dans la foulée de la présidentielle.
 
Son procès expéditif n’a pas permis de faire la lumière sur ses accusations. Aucune preuve n’a été fournie et la défense a refusé de répondre au juge « pour ne pas légitimer ces accusations ni la juridiction », explique son avocat. La cour l’a toutefois condamné, vendredi 11 mai, à vingt ans de prison pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ». « C’est un verdict très lourd mais prévisible, malheureusement, compte tenu de l’absence d’indépendance de la justice congolaise », dénonce Laurent Duarte, coordinateur de la campagne internationale « Tournons la page » visant à promouvoir la démocratie et l’alternance en Afrique.
 
Autre candidat à la présidentielle de 2016, André Okombi Salissa est lui aussi aux mains de la justice, depuis janvier 2017. Comme le général Mokoko, il n’a pas reconnu la victoire de Denis Sassou-Nguesso. Il se retrouve sous le coup d’une inculpation pour « atteinte à la sûreté intérieure » et « détention illégale d’armes ». Idem pour Jean-Martin Mbemba, ancien ministre de la justice et ex-président de la Commission nationale des droits de l’homme, tandis que le général Norbert Dabira, ancien inspecteur des armées, comparaît actuellement devant la justice, accusé d’avoir voulu abattre le président.
 
Cette vague répressive s’inscrit dans un contexte politique sensible et opaque lié à la question de « l’après-Sassou ». L’homme autour duquel la politique congolaise tourne depuis des décennies ne donne pas l’impression de vouloir passer la main. Mais en coulisses, on s’activerait. « Il y a une lutte entre clans pour conserver ou prendre le pouvoir après Sassou », affirme un observateur local. Parmi eux figurerait le propre fils de l’actuel chef de l’Etat, Denis Christel Sassou-Nguesso, dit « Kiki », qui avait la haute main sur les affaires pétrolières de ce pays disposant des quatrièmes plus importantes réserves d’or noir au sud du Sahara.
 
Nouvelle forme de contestation
 
Parallèlement, la pression s’accentue sur certaines organisations de la société civile, notamment le mouvement « Ras-le-bol ». Vingt-trois de ses militants, dont leur coordinateur national, Franck Nzila, ont été arrêtés les 7 et 9 mai à Pointe-Noire et Brazzaville par des agents de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST). Dix-huit d’entre eux ont été libérés depuis.
 
Ce mouvement, essentiellement urbain et adepte des happenings pacifiques, ne dispose pourtant pas d’un pouvoir de mobilisation massif. Mais le pouvoir pourrait chercher à tuer dans l’œuf une nouvelle forme de contestation, plus sociale et moins politique, qui éclôt sur le lit d’une profonde crise économique.
 
Car le Congo va mal. « L’économie congolaise souffre des effets des bas prix du pétrole, d’une dette insoutenable [127 % du PIB] et des défis importants liés à la gouvernance », écrivait mi-avril le Fonds monétaire international (FMI) au retour d’une mission : « Une récession prolongée de l’économie non pétrolière affecte négativement les populations vulnérables. »
 
En d’autres termes, le Congo, régi par un système hautement corrompu, étranglé financièrement, ne paie plus ses fonctionnaires, ses retraités ni ses créanciers congolais, alors qu’une élite continue de s’enrichir. C’est peut-être là que réside le plus grand danger pour le pouvoir : la misère et que, soudain, la rue se soulève.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir

Bouteflika et Bongo : ces présidents absents qui interrogent la question de la vacance du pouvoir
Jeu 17 Jan 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

À partir de quand un président absent pour raisons médicales est-il vraiment empêché ? Quid de la vacance qui déclenche une procédure prévue dans les constitutions ? Les cas de l'Algérie et du Gabon en illustrent l'approche sur... Lire la suite >

Gbagbo acquitté, et après?

Gbagbo acquitté, et après?
Jeu 17 Jan 2019 | Source : lexpress.fr ... | dans Autres Actus

La Cour pénale internationale a ordonné la libération de l'ex-président ivoirien. Victoire pour les siens et pour l'impunité.   Coup de tonnerre dans un ciel pas vraiment serein. Ni demi-mesure, ni cote mal taillée : ce mardi matin, les... Lire la suite >

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »

En contestant les résultats de la présidentielle en RDC, « Jean-Yves Le Drian a été maladroit »
Sam 12 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Pour notre journaliste Joan Tilouine, le chef de la diplomatie française « va à contresens de l’histoire et de l’évolution du continent africain ».     Notre journaliste Joan Tilouine a répondu aux questions des internautes... Lire la suite >

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter

Côte d'Ivoire: l'ex-président Bédié pourrait se présenter
Sam 12 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'ancien président ivoirien Henri Konan Bédié n'écarte pas l'idée de se présenter à l'élection présidentielle de 2020, éventuellement allié avec l'ancien chef rebelle Guillaume Soro ou avec le parti de... Lire la suite >

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise

Elections en RDC : le pays retient son souffle, les yeux tournés vers l’Eglise
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans l’attente des résultats, la Conférence épiscopale du Congo a annoncé connaître le nom du vainqueur de la présidentielle.   e Kempinski est l’un des plus beaux hôtels de Kinshasa. Entre la terrasse du bar et le fleuve Congo,... Lire la suite >

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali

Consulat bloqué à Paris pour faire libérer des prisonniers enfermés au Mali
Lun 07 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Diplomatie

Après 14 jours de fermeture, le consulat malien a rouvert ce vendredi malgré la colère d’une partie de la communauté malienne de France après des emprisonnements au Mali.   Il est 10 heures vendredi 4 janvier. Après deux semaines de blocage,... Lire la suite >

Élections en RDC : un fauteuil pour deux

Élections en RDC : un fauteuil pour deux
Ven 04 Jan 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Candidat désigné par Joseph Kabila, Emmanuel Shadary pourrait devenir le futur président de la République démocratique du Congo. En attendant le retour de son mentor ?   Retardées pendant deux ans, prévues le 23 décembre 2018, et... Lire la suite >

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas

Sénégal: l'ex-maire de Dakar voit la présidentielle s'éloigner mais ne renonce pas
Ven 04 Jan 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant sénégalais et ex-maire de Dakar Khalifa Sall a vu jeudi ses chances de participer à l'élection présidentielle fortement réduites avec le rejet de son pourvoi en cassation contre sa condamnation pour escroquerie, mais ses partisans assurent... Lire la suite >

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali

Entre faux djihadistes et faux dozos, les civils piégés dans le centre du Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Les amalgames associant Peuls et terroristes d’un côté, chasseurs traditionnels et miliciens de l’autre, créent une dangereuse polarisation autour des identités locales.   Dans le centre du centre du Mali, le terme « djihadiste » est... Lire la suite >

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali

L’impact du trafic de drogue dans le conflit du Nord-Mali
Jeu 03 Jan 2019 | Source : RFI ... | dans Société

Dans le nord Mali, la plupart des groupes armés dépendent aujourd’hui financièrement et logistiquement du narcotrafic. Le trafic de drogue y est en plein essor et crée des rivalités et des affrontements entre les forces en présence, ce qui engendre ... Lire la suite >

Élections en RD Congo : un si long chemin

Élections en RD Congo : un si long chemin
Lun 31 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REPORTAGE. Alors que le président Kabila a voté très tôt ce 30 décembre, l'atmosphère était loin d'être sereine à la veille de ce scrutin capital. Retour sur les événements et constats majeurs notés ici et là.   Après... Lire la suite >

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées

Au Mali, l’influence du président du Haut Conseil islamique dépasse le cadre des mosquées
Lun 31 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Mahmoud Dicko vient d’obtenir la suspension d’un projet éducatif qu’il accusait de valoriser l’homosexualité.   Pour lui, l’un ne va jamais sans l’autre. L’islam et le Mali, la religion et la politique. Depuis plus de dix ans qu’il... Lire la suite >

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu

La RDC se prépare à voter dans un climat tendu
Sam 29 Déc 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Report des scrutins dans plusieurs régions, contestation de l’opposition, refus d’observateurs occidentaux : la tension monte à l’approche des élections censées se tenir dimanche.   Le silence est un art dans lequel excelle Joseph Kabila.... Lire la suite >

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions

Gabon: résultat des législatives proclamés, le gouvernement cesse ses fonctions
Sam 29 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La Cour constitutionnelle du Gabon a proclamé les résultats des législatives d'octobre dans la nuit de jeudi à vendredi, entraînant la fin des fonctions du gouvernement d'un pays dont le président, Ali Bongo Ondimba, est absent depuis plus de deux ... Lire la suite >

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections

RDC : les Églises font bloc contre le report des élections
Ven 28 Déc 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

DÉCRYPTAGE. Église catholique et Église luthérienne ont choisi de cheminer ensemble pour la tenue d'élections libres, transparentes, crédibles et apaisées après celles chaotiques de 2011.   Le samedi 29 décembre 2018,... Lire la suite >

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence

Mali: en descendant le fleuve Niger, vers les sources de la violence
Ven 28 Déc 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Au Mali, rejoindre Tombouctou en bateau permet d'éviter les mauvaises rencontres d'un trajet par la route. Mais les riverains du fleuve Niger, exposés eux aussi à la menace des bandits ou des jihadistes, dénoncent des conditions de vie précaires.   A... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS