NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Le Mali se prépare à une élection présidentielle « pas parfaite à 100 % »


Le Mali se prépare à une élection présidentielle « pas parfaite à 100 % »
Distribution de cartes d’électeurs à Bamako, le 20 juin 2018. | PHOTO: MICHELE CATTANI / AFP
A un mois du scrutin, l’absence de représentants de l’Etat dans le nord et le centre du pays complique la distribution des cartes d’électeurs et nourrit la crainte de fraudes.
 
Vendredi 8 juin 2018. Le sourire aux lèvres, un homme marche, parmi des milliers d’autres, dans les rues de Bamako. Contrairement à la semaine précédente, les manifestants, qui réclament une élection présidentielle libre et transparente, ont été autorisés à défiler. Drapeau du Mali soigneusement déployé sur les épaules, il tend un panneau comme on en voit des dizaines s’agiter en l’air : « Non à la fraude électorale ! ».
 
Cette crainte est largement partagée alors qu’a débuté, mercredi 20 juin, la distribution des 8 millions de nouvelles cartes d’électeurs en vue du scrutin du 29 juillet. Le document, biométrique, remplace la carte NINA, adossée au numéro d’identification national mais que peu de Maliens possèdent. Lors de la présidentielle de 2013, l’utilisation de la carte NINA avaient donné lieu à de fortes suspicions de fraudes.
 
Un quinquennat plus tard, le tir semblait rectifié, mais la révision de la loi électorale adoptée par l’Assemblée nationale le 23 avril a semé le doute. Un nouvel article dispose qu’« en cas de non-disponibilité des cartes d’électeur biométriques pour cause de force majeure, la carte NINA tiendra lieu de carte d’électeur », la décision d’invoquer le cas de force majeure étant laissée à la discrétion du ministre de l’administration territoriale.
 
L’opposition monte au créneau. Pour elle, c’est la porte ouverte à la fraude, comme l’expliquait l’un des leaders de la manifestation du 8 juin : « Le camp d’Ibrahim Boubacar Keïta [le président malien, candidat à sa réélection] pourra invoquer le cas de force majeure dans des zones qui lui sont réputées défavorables pour que la carte NINA soit utilisée. Et comme peu de Maliens la possèdent, cela va l’avantager. »
 
« Ni préfet, ni sous-préfet, ni maire »
 
Finalement, après que le ton est monté, lundi 18 avril, au sein du cadre de concertation sur de l’organisation du processus électoral, qui réunit le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité (MATDS) et les représentants des partis politiques, un arrêté ministériel a été pris pour réglementer l’usage du « cas de force majeure ». « Un comité, présidé par un administrateur civil et composé notamment des représentants des partis politiques, décidera. Nous voulons un processus inclusif et participatif », souligne Allaye Oumar Guindo, chargé de mission au MATDS.
 
Pour Tiébilé Dramé, le directeur de campagne de Soumaïla Cissé, principal candidat de l’opposition, le processus est sur la bonne voie. « Si nos manifestations les ont amenés à oublier leurs plans pour une élection gagnée au premier tour, c’est tant mieux », sourit-il. Mais selon lui, la route est encore longue : « Comment faire parvenir les cartes d’électeur dans les localités en proie à l’insécurité et aux affrontements intercommunautaires, là où il n’y a ni préfet, ni sous-préfet, ni maire ? » De fait, dans le nord et le centre du pays, l’insécurité a fait fuir les agents de l’Etat, persécutés par les groupes armés. « Au 30 mai, dans les régions septentrionales et dans la région de Mopti, seuls 33 % d’entre eux étaient à leur poste », note le secrétaire général des Nations unies dans son dernier rapport sur la situation au Mali.
 
« Aujourd’hui, nous avons la certitude que toutes les cartes sont arrivées à bon port », assure M. Guindo, du MATDS. Du moins au niveau des gouvernorats, chefs-lieux des régions du Mali. Or, sur un territoire grand comme le quart de l’Union européenne, le défi de l’acheminement des cartes au plus près des électeurs est crucial. Sans ça, rares seront ceux qui parcourront des dizaines de kilomètres pour les retirer au gouvernorat.
 
Au niveau des communes, des arrondissements, des cercles et des régions, une commission de distribution, présidée par les maires, sous-préfets, préfets et gouverneurs, contrôle la délivrance des cartes biométriques. Là où il n’y a plus de préfets et de sous-préfets – soit 78 localités au 13 juin, selon l’opposition –, le redéploiement des agents est donc nécessaire pour que les électeurs puissent récupérer leur carte facilement. « Ce n’est pas une élection parfaite à 100 %, reconnaît M. Guindo. Mais avant la date du scrutin, le ministère fera l’effort d’envoyer l’administration partout où elle n’est pas. » Au conseil des ministres du 20 juin, 72 administrateurs avaient été nommés.
 
« Nous n’allons pas nous laisser massacrer »
 
Mais la peur a envahi les préfets et sous-préfets. « Un agent nommé est tenu d’être présent, mais en raison de l’insécurité dans le nord et dans le centre certains n’y vont pas. Nous n’allons pas nous laisser massacrer comme ça ! », s’offusque Ousmane Christian Diarra. Le secrétaire général par intérim du Syndicat autonome des administrateurs civils (Synac) a été l’un des leaders d’un mouvement de protestation inédit chez les représentants de l’Etat. Le 18 juin, préfets et sous-préfets ont investi la cour du MATDS pour protester contre les mauvaises conditions sécuritaires de leurs postes.
 
Assassinat du sous-préfet de Ouinerden le 29 avril, enlèvements de celui de Hombori, le 25 avril, et du préfet de Ténenkou le 8 mai… Pour M. Diarra, c’en est trop. Le Synac et le Syndicat libre des travailleurs de l’administration territoriale (Syltmat) ont donc remis une lettre commune au gouvernement, le 18 juin. « Nous réclamons une garde pour les préfets et sous-préfets. Aujourd’hui, ils sont obligés de se cacher pour voyager. Ils ne peuvent circuler ni en tenue, ni en véhicule officiel. L’Etat est à terre partout. Sa présence n’est pas acceptée, surtout dans le centre du pays », s’alarme M. Diarra. Selon lui, une grève pourrait être déclenchée si ces revendications ne sont pas satisfaites.
 
Avec ce dossier, le gouvernement sait qu’il marche sur des œufs. « Le ministre a promis d’examiner minutieusement leurs doléances dans les plus brefs délais », assure M. Guindo, sans parvenir à masquer son inquiétude : « Les préfets et sous-préfets sont l’épine dorsale du processus électoral. S’il y a protestation, cela pourrait paralyser le processus. »
 
« Dans les zones où l’Etat est absent, il risque d’y avoir un huis clos de la fraude ! », craint Tiébilé Dramé. M. Diarra se montre plus terre à terre : « Je sais que l’administration n’a que l’élection présidentielle en tête, mais, pour l’organiser au niveau local, encore faut-il que ses administrateurs restent en vie. »
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Présidentielle en Côte d'Ivoire : Guillaume Soro va "réfléchir"

Présidentielle en Côte d'Ivoire : Guillaume Soro va
Dim 22 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Le président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire Guillaume Soro a déclaré dans un entretien à RFI et France 24 qu'il allait "réfléchir" à se présenter à la prochaine élection présidentielle... Lire la suite >

Dans le "Far-East" guinéen, appât de l'or et conflits villageois font des ravages

Dans le
Dim 22 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Plus de 300 fusillades, au moins 23 tués en six mois: l'extrême nord-est de la Guinée, dont le sous-sol regorge d'or et où les armes prolifèrent, est l'endroit "le plus dangereux" du pays, ont indiqué vendredi des sources sécuritaire... Lire la suite >

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »

« Non, M. Macron, les Africains qui meurent en Méditerranée ne sont pas issus de la classe moyenne »
Ven 20 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur dénonce la vision du président français, biaisée par une représentation erronée de l’Afrique.   Chronique. En marge de sa visite au Nigeria, Emmanuel Macron a accordé une interview à l’animateur Claudy... Lire la suite >

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie

La guerre est déclarée pour prendre la tête de la Francophonie
Ven 20 Juil 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

La Francophonie est entrée en campagne pour choisir la personnalité qui va la diriger durant les quatre prochaines années. La France et le Canada, les deux puissances dominantes de l’organisation francophone, ont chacune choisi leur championne et s’apprêtent... Lire la suite >

Côte d'Ivoire - RHDP : une « unification » en trompe-l'œil ?

Côte d'Ivoire - RHDP : une « unification » en trompe-l'œil ?
Jeu 19 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

Au-delà des tensions qui assaillent le nouveau Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) dans un attelage « unifié », de nombreuses questions en suspens.   Le président ivoirien Alassane Ouattara en rêvait... Lire la suite >

REPORTAGE / A N’Djamena, la souffrance muette des « fonctionnaires de la rue de 40 »

REPORTAGE / A N’Djamena, la souffrance muette des « fonctionnaires de la rue de 40 »
Jeu 19 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Chaque année, des milliers de jeunes Tchadiennes « montent » à la capitale en quête d’une vie meilleure et se retrouvent exploitées comme domestiques.   En cette soirée brumeuse de juillet à N’Djamena, capitale du Tchad,... Lire la suite >

Togo : ce nouveau port de Lomé dont les pêcheurs ne veulent pas

Togo : ce nouveau port de Lomé dont les pêcheurs ne veulent pas
Dim 15 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

En raison de l'érosion des côtes qu'elle entraîne, la construction du nouveau port de Lomé apparaît comme une menace pour les pêcheurs de la région. Son ouverture est pourtant prévue l'année prochaine.   Les problèmes... Lire la suite >

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »

« Dans l’affaire du bombardement de Bouaké, les juges passent. Maître Jean Balan reste »
Dim 15 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur revient sur le combat contre la raison d’Etat de l’avocat qui tente de faire éclater la vérité sur le raid meurtrier de l’armée ivoirienne en 2004.   Chronique. Depuis quatorze longues années, un homme seul, ou presque,... Lire la suite >

« En évitant de rencontrer les élus nigérians, Emmanuel Macron a mis en exergue leur échec »

« En évitant de rencontrer les élus nigérians, Emmanuel Macron a mis en exergue leur échec »
Jeu 12 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Notre chroniqueur décrypte le récent voyage au Nigeria du président français, où la priorité a été donnée aux rencontres avec les entrepreneurs et le monde de la culture.     Chronique. Les hommes politiques nigérians... Lire la suite >

Nigeria: le parti au pouvoir affirme son soutien

Nigeria: le parti au pouvoir affirme son soutien
Mer 11 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le parti au pouvoir au Nigeria, le All Progressives Congress (APC), a assuré qu'il resterait soudé derrière le président Muhammadu Buhari, sous le feu des critiques, en pleine course pour la présidentielle de février 2019.   Plus de 30 partis,... Lire la suite >

La Belgique se débarrasse de son ivoire, mais la réglementation n'est pas sans faille

La Belgique se débarrasse de son ivoire, mais la réglementation n'est pas sans faille
Mer 11 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

La Belgique récupère les encombrants souvenirs d'une époque révolue: une grande campagne a été lancée dans le royaume pour se débarrasser d'objets en ivoire, dont le commerce est sévèrement encadré en Europe -- mais... Lire la suite >

Sida : vers un vaccin contre le VIH ?

Sida : vers un vaccin contre le VIH ?
Lun 09 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Un test grandeur nature de ce vaccin expérimental est lancé sur 2 600 femmes en Afrique australe. Les résultats sont attendus en 2021 ou 2022.   La communauté scientifique du monde entier travaille sur un vaccin contre le VIH. Samedi 7 juillet, des chercheurs... Lire la suite >

Au Maroc, des migrants survivent dans une décharge en rêvant d'Europe

Au Maroc, des migrants survivent dans une décharge en rêvant d'Europe
Lun 09 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Dans une décharge à ciel ouvert, à l'abri des regards des estivants qui bronzent sur la côte marocaine, de jeunes migrants survivent dans les immondices, rongés par la honte et la misère, en rêvant de l'Europe, juste en face.   Accroupi... Lire la suite >

L’horizon électoral de Karim Wade au Sénégal s’obscurcit

L’horizon électoral de Karim Wade au Sénégal s’obscurcit
Ven 06 Juil 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le fils de l’ex-président sénégalais n’est pas autorisé à concourir pour la présidentielle de 2019. Son parti conteste ce rejet et en appelle à une manifestation le 13 juillet.   Le retour de Karim Wade au Sénégal... Lire la suite >

Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?

Organisation internationale pour les migrations : vous avez dit contradictions ?
Ven 06 Juil 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

L'OIM fonctionnerait-elle comme un prestataire de services dans la gestion des migrations ? Deux spécialistes interrogent le fonctionnement de l'organisation mondiale.   Le 29 juin a eu lieu l'élection du nouveau directeur de l'Organisation internationale... Lire la suite >

Procès du putsch au Burkina: le général Diendéré mis en cause

Procès du putsch au Burkina: le général Diendéré mis en cause
Jeu 05 Juil 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le général Gilbert Diendéré, l'un des cerveaux présumés du coup d'État manqué de 2015 au Burkina Faso, a été mis en cause pour la première fois depuis l'ouverture du procès par un co-accusé.   Le... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS