NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Le Mali se prépare à une élection présidentielle « pas parfaite à 100 % »


Le Mali se prépare à une élection présidentielle « pas parfaite à 100 % »
Distribution de cartes d’électeurs à Bamako, le 20 juin 2018. | PHOTO: MICHELE CATTANI / AFP
A un mois du scrutin, l’absence de représentants de l’Etat dans le nord et le centre du pays complique la distribution des cartes d’électeurs et nourrit la crainte de fraudes.
 
Vendredi 8 juin 2018. Le sourire aux lèvres, un homme marche, parmi des milliers d’autres, dans les rues de Bamako. Contrairement à la semaine précédente, les manifestants, qui réclament une élection présidentielle libre et transparente, ont été autorisés à défiler. Drapeau du Mali soigneusement déployé sur les épaules, il tend un panneau comme on en voit des dizaines s’agiter en l’air : « Non à la fraude électorale ! ».
 
Cette crainte est largement partagée alors qu’a débuté, mercredi 20 juin, la distribution des 8 millions de nouvelles cartes d’électeurs en vue du scrutin du 29 juillet. Le document, biométrique, remplace la carte NINA, adossée au numéro d’identification national mais que peu de Maliens possèdent. Lors de la présidentielle de 2013, l’utilisation de la carte NINA avaient donné lieu à de fortes suspicions de fraudes.
 
Un quinquennat plus tard, le tir semblait rectifié, mais la révision de la loi électorale adoptée par l’Assemblée nationale le 23 avril a semé le doute. Un nouvel article dispose qu’« en cas de non-disponibilité des cartes d’électeur biométriques pour cause de force majeure, la carte NINA tiendra lieu de carte d’électeur », la décision d’invoquer le cas de force majeure étant laissée à la discrétion du ministre de l’administration territoriale.
 
L’opposition monte au créneau. Pour elle, c’est la porte ouverte à la fraude, comme l’expliquait l’un des leaders de la manifestation du 8 juin : « Le camp d’Ibrahim Boubacar Keïta [le président malien, candidat à sa réélection] pourra invoquer le cas de force majeure dans des zones qui lui sont réputées défavorables pour que la carte NINA soit utilisée. Et comme peu de Maliens la possèdent, cela va l’avantager. »
 
« Ni préfet, ni sous-préfet, ni maire »
 
Finalement, après que le ton est monté, lundi 18 avril, au sein du cadre de concertation sur de l’organisation du processus électoral, qui réunit le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité (MATDS) et les représentants des partis politiques, un arrêté ministériel a été pris pour réglementer l’usage du « cas de force majeure ». « Un comité, présidé par un administrateur civil et composé notamment des représentants des partis politiques, décidera. Nous voulons un processus inclusif et participatif », souligne Allaye Oumar Guindo, chargé de mission au MATDS.
 
Pour Tiébilé Dramé, le directeur de campagne de Soumaïla Cissé, principal candidat de l’opposition, le processus est sur la bonne voie. « Si nos manifestations les ont amenés à oublier leurs plans pour une élection gagnée au premier tour, c’est tant mieux », sourit-il. Mais selon lui, la route est encore longue : « Comment faire parvenir les cartes d’électeur dans les localités en proie à l’insécurité et aux affrontements intercommunautaires, là où il n’y a ni préfet, ni sous-préfet, ni maire ? » De fait, dans le nord et le centre du pays, l’insécurité a fait fuir les agents de l’Etat, persécutés par les groupes armés. « Au 30 mai, dans les régions septentrionales et dans la région de Mopti, seuls 33 % d’entre eux étaient à leur poste », note le secrétaire général des Nations unies dans son dernier rapport sur la situation au Mali.
 
« Aujourd’hui, nous avons la certitude que toutes les cartes sont arrivées à bon port », assure M. Guindo, du MATDS. Du moins au niveau des gouvernorats, chefs-lieux des régions du Mali. Or, sur un territoire grand comme le quart de l’Union européenne, le défi de l’acheminement des cartes au plus près des électeurs est crucial. Sans ça, rares seront ceux qui parcourront des dizaines de kilomètres pour les retirer au gouvernorat.
 
Au niveau des communes, des arrondissements, des cercles et des régions, une commission de distribution, présidée par les maires, sous-préfets, préfets et gouverneurs, contrôle la délivrance des cartes biométriques. Là où il n’y a plus de préfets et de sous-préfets – soit 78 localités au 13 juin, selon l’opposition –, le redéploiement des agents est donc nécessaire pour que les électeurs puissent récupérer leur carte facilement. « Ce n’est pas une élection parfaite à 100 %, reconnaît M. Guindo. Mais avant la date du scrutin, le ministère fera l’effort d’envoyer l’administration partout où elle n’est pas. » Au conseil des ministres du 20 juin, 72 administrateurs avaient été nommés.
 
« Nous n’allons pas nous laisser massacrer »
 
Mais la peur a envahi les préfets et sous-préfets. « Un agent nommé est tenu d’être présent, mais en raison de l’insécurité dans le nord et dans le centre certains n’y vont pas. Nous n’allons pas nous laisser massacrer comme ça ! », s’offusque Ousmane Christian Diarra. Le secrétaire général par intérim du Syndicat autonome des administrateurs civils (Synac) a été l’un des leaders d’un mouvement de protestation inédit chez les représentants de l’Etat. Le 18 juin, préfets et sous-préfets ont investi la cour du MATDS pour protester contre les mauvaises conditions sécuritaires de leurs postes.
 
Assassinat du sous-préfet de Ouinerden le 29 avril, enlèvements de celui de Hombori, le 25 avril, et du préfet de Ténenkou le 8 mai… Pour M. Diarra, c’en est trop. Le Synac et le Syndicat libre des travailleurs de l’administration territoriale (Syltmat) ont donc remis une lettre commune au gouvernement, le 18 juin. « Nous réclamons une garde pour les préfets et sous-préfets. Aujourd’hui, ils sont obligés de se cacher pour voyager. Ils ne peuvent circuler ni en tenue, ni en véhicule officiel. L’Etat est à terre partout. Sa présence n’est pas acceptée, surtout dans le centre du pays », s’alarme M. Diarra. Selon lui, une grève pourrait être déclenchée si ces revendications ne sont pas satisfaites.
 
Avec ce dossier, le gouvernement sait qu’il marche sur des œufs. « Le ministre a promis d’examiner minutieusement leurs doléances dans les plus brefs délais », assure M. Guindo, sans parvenir à masquer son inquiétude : « Les préfets et sous-préfets sont l’épine dorsale du processus électoral. S’il y a protestation, cela pourrait paralyser le processus. »
 
« Dans les zones où l’Etat est absent, il risque d’y avoir un huis clos de la fraude ! », craint Tiébilé Dramé. M. Diarra se montre plus terre à terre : « Je sais que l’administration n’a que l’élection présidentielle en tête, mais, pour l’organiser au niveau local, encore faut-il que ses administrateurs restent en vie. »
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est

Le Burkina Faso face au nouveau « front djihadiste » de l’est
Ven 21 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le prêtre italien enlevé au Niger aurait été emmené au Burkina voisin, où les attaques se multiplient faute de réponse sécuritaire adéquate.   L’enlèvement d’un prêtre missionnaire italien, dans la... Lire la suite >

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?

Liberia : mais où sont passés les 100 millions de dollars destinés à la Banque centrale ?
Ven 21 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Les billets de banque concernés étaient dans des conteneurs et des sacs. Une enquête a été ouverte à la suite de la constatation de la perte de leur trace.   Alors que le pays dirigé par George Weah a un important besoin d'argent, voilà... Lire la suite >

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables

D'Afrique en Europe, des trafiquants de migrants incontournables
Mer 19 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Société

Ils escaladent des clôtures de barbelés de six mètres ou traversent la Méditerranée en bateau au péril de leur vie: 36.000 migrants sont entrés en Espagne depuis janvier, sur la route d'autres pays d'Europe. Mais leur courage n'a pas suffi,... Lire la suite >

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »

Bill et Melinda Gates : « La priorité mondiale devrait être la réduction de la pauvreté en Afrique »
Mer 19 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Pour le milliardaire américain, au-delà de la question migratoire, l'enjeu est de montrer que l'investissement dans la santé et l'éducation peut changer la trajectoire du continent.   La population africaine, la plus jeune du monde, connaît... Lire la suite >

Les autorités tentent de contenir l’« exode massif » depuis les régions anglophones du Cameroun

Les autorités tentent de contenir l’« exode massif » depuis les régions anglophones du Cameroun
Mar 18 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Les autorités camerounaises ont interdit, samedi 15 septembre, « l’exode massif » des populations du Sud-Ouest, l’une des deux régions anglophones en crise, après que des « centaines de familles » de ces zones ont décidé de... Lire la suite >

L'Afrique, terrain de chasse favori des agents secrets français

L'Afrique, terrain de chasse favori des agents secrets français
Mar 18 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Un livre-enquête se penche sur les succès (mais aussi les échecs) des réseaux d'espions que la France entretient au sud de la Méditerranée. Par Baudouin Eschapasse   Que reste-t-il des réseaux Foccart au sud de la Méditerranée... Lire la suite >

Pop star contre président: une bataille de générations en Ouganda

Pop star contre président: une bataille de générations en Ouganda
Ven 14 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

"Nous avions l'habitude d'être effrayés", raconte Josephine Katumba, une coiffeuse de 30 ans de Kamwokya, une banlieue pauvre de la capitale ougandaise. "Nous n'avons plus peur."   Sous l'impulsion d'une nouvelle figure de proue, Bobi... Lire la suite >

Mamoudou Gassama naturalisé après avoir sauvé un enfant français

Mamoudou Gassama naturalisé après avoir sauvé un enfant français
Ven 14 Sep 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Mamoudou Gassama, le jeune migrant malien qui a sauvé un enfant en escaladant la façade d'un immeuble parisien fin mai, a obtenu la nationalité française, selon le décret de naturalisation paru au Journal officiel mercredi.   "Cet acte de grande... Lire la suite >

Jean-Claude Juncker : « L'Afrique n'a pas besoin de charité »

Jean-Claude Juncker : « L'Afrique n'a pas besoin de charité »
Jeu 13 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

S'exprimant devant le Parlement européen à Strasbourg, le président de la Commission européenne a proposé « un nouveau partenariat » entre l'Union européenne et l'Afrique.   C'était l'un de ses derniers ... Lire la suite >

Immigration : faut-il s’attendre à une « ruée vers l’Europe » ? La réponse des démographes

Immigration : faut-il s’attendre à une « ruée vers l’Europe » ? La réponse des démographes
Jeu 13 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Une étude publiée par l’INED invalide la thèse d’une invasion prévisible de l’Europe par la population d’Afrique subsaharienne en 2050   L’Europe de 2050 sera-t-elle peuplée à 25 % d’immigrés subsahariens... Lire la suite >

«Nous assistons à la naissance d'une nouvelle cellule terroriste au Burkina Faso»

«Nous assistons à la naissance d'une nouvelle cellule terroriste au Burkina Faso»
Jeu 06 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le chercheur Mahamoudou Savadogo, des groupes profitant de l'absence de l'Etat pour s'implanter dans le pays, confronté à des attaques régulières.   La situation sécuritaire au Burkina Faso s'est détériorée... Lire la suite >

Afrique : les Peuls se sont-ils radicalisés ?

Afrique : les Peuls se sont-ils radicalisés ?
Jeu 06 Sep 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'expansion de la violence islamiste a renforcé les amalgames entre revendications peules et mouvements djihadistes. Comment dénouer le réel du fantasmé ? Explications.   Les Peuls focalisent actuellement l'attention du fait de l'instrumentalisation... Lire la suite >

Safiatou Lopez, figure de la révolution burkinabée, brutalement arrêtée à Ouagadougou

Safiatou Lopez, figure de la révolution burkinabée, brutalement arrêtée à Ouagadougou
Lun 03 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le domicile de la militante a été pris d’assaut par les forces de sécurité, sans aucune justification selon ses défenseurs.   Les autorités ont voulu montrer leurs forces. Safiatou Lopez, militante des droits humains au Burkina Faso et ... Lire la suite >

Cheikh Hamidou Kane : « L’Afrique n’existe plus, elle a été dépossédée de son espace »

Cheikh Hamidou Kane : « L’Afrique n’existe plus, elle a été dépossédée de son espace »
Lun 03 Sep 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

L’auteur sénégalais de « L’Aventure ambiguë », 90 ans, revient sur l’histoire contemporaine du continent, marquée par des questionnements et des tourments identitaires.   C’est l’un des paradoxes de Cheikh Hamidou Kane.... Lire la suite >

Les Mauritaniens appelés aux urnes dans un climat de défiance

Les Mauritaniens appelés aux urnes dans un climat de défiance
Ven 31 Aoû 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Des élections législatives, régionales et locales ont lieu samedi alors qu’opposants et ONG dénoncent des atteintes aux droits humains.   Les Mauritaniens se rendent aux urnes, samedi 1er septembre, pour des élections législatives, régionales... Lire la suite >

Mali : Lenali, ce réseau social pas comme les autres qui fait la différence

Mali : Lenali, ce réseau social pas comme les autres qui fait la différence
Ven 31 Aoû 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Invention de Mamadou Gouro Sidibé, informaticien malien de haut niveau, Lenali est un réseau social vocal en langues locales. Révolutionnaire.   Lenali est né de l'interrogation simple que s'est faite Mamadou Gouro Sidibé, docteur en informatique,... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS