NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Général Guibert : « Au Mali, il faut faire converger les stratégies militaire et de développement »


Général Guibert : « Au Mali, il faut faire converger les stratégies militaire et de développement »
Soldats français de la force « Barkhane » avec des soldats de l’armée malienne à Inaloglog, au Mali, le 17 octobre 2017. | PHOTO: BENOIT TESSIER/REUTERS
Le commandant de la force française « Barkhane » dresse le bilan de sa mission à la veille d’un scrutin présidentiel sous haute tension.
 
Après un an passé à la tête de l’opération « Barkhane », qui compte 4 500 soldats français déployés au Sahel depuis 2014, le général Bruno Guibert passe la main au général Frédéric Blachon. Sous son commandement, la principale mission extérieure française, dédiée à la lutte contre le terrorisme djihadiste, a concentré son action aux frontières du Mali, du Niger et du Burkina-Faso.
 
A l’approche de la présidentielle du 29 juillet dans laquelle le président malien Ibrahim Boubakar Keita remet son mandat en jeu, des événements ont fait monter la tension : attaque dans la ville de Gao contre une patrouille blindée de « Barkhane » le 1er juillet, exécution sommaire de plus de vingt personnes vers Ménaka le 20, mort d’un soldat malien dans une embuscade deux jours plus tard dans le centre du pays, tirs d’obus contre l’aéroport de Sévaré le 23 juillet… Le général Guibert revient sur cette menace terroriste qui perdure à la veille d’un scrutin sous pression.
 
Voyez-vous un lien entre les récentes attaques djihadistes, dans le centre et le nord du Mali, et l’élection présidentielle ?
 
Bruno Guibert Les djihadistes sont fermement opposés à la mise en place d’un processus démocratique au Mali et y revendiquent l’application de la charia. Pour autant, les enjeux nationaux de cette élection ne contreviennent pas directement aux intérêts de moyen et long terme des groupes armés terroristes, davantage tournés vers leurs aires d’influence locales. Les attaques répétées dans le centre et le nord du Mali, qui frappent essentiellement la population civile, illustrent plutôt une fuite en avant des terroristes. Partis d’une logique de conquête et d’implantation durable, ils sont désormais réduits à des actions sporadiques dont la portée est limitée. Le lien entre l’élection et les dernières attaques n’est donc pas direct, même si la période peut offrir aux djihadistes une caisse de résonance médiatique.
 
Le QG du G5 Sahel a été attaqué à Sévaré le 29 juin. Où en est sa mise en place de cette force conjointe entre la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad ?
 
Malgré l’attentat de Sévaré, le G5 Sahel continue sa montée en puissance. L’opérationnalisation de la force conjointe est bien réelle. Elle a pu installer l’ensemble de ses postes de commandement et déployer environ 80 % des effectifs des bataillons pour atteindre un effectif de 4 000 hommes. En outre, elle a réussi à mener six opérations à ce jour. Nous aimerions que ce soit plus rapide mais il est difficile d’opérationnaliser une force à partir d’armées qui souffrent de problèmes structurels majeurs, de logistique et d’équipements. La clé du succès passe par le soutien de la France, de l’Union européenne [UE] et de la communauté internationale. Près de 6 000 soldats maliens, burkinabés ou nigériens ont pu bénéficier d’une séquence de formation. Notre rôle s’attache désormais à développer la coordination et l’appui à la planification.
 
Dans le centre, les milices prolifèrent, les conflits intercommunautaires s’exacerbent et les écoles ferment. Pourquoi « Barkhane » n’y intervient pas ?
 
C’est une décision stricte du président malien de vouloir que le Mali réponde seul à cette crise. De plus, la gestion des conflits intercommunautaires n’entre pas dans les missions de « Barkhane ». Nous ne sommes pas responsables du règlement de l’ensemble des problèmes du Mali et ne pouvons être partout avec nos 4 500 hommes dans une zone aussi vaste que l’Europe. Nous sommes présents au nord du Mali et au nord du fleuve Niger dans la région dite « des trois frontières ». Toute la zone centre a subi une très forte pression des djihadistes, au point que l’insécurité s’y est enkystée. Le terrorisme vient surinfecter des fractures communautaires souvent très anciennes. La situation est préoccupante. Aujourd’hui, l’Etat malien cherche légitimement à reprendre position.
 
Dans la zone de Ménaka, les soldats français collaborent avec le Mouvement pour le salut de l’Azawad (MSA) et le Groupe autodéfense touareg Imghad et alliés (Gatia). En avril, la Mission des nations unies au Mali (Minusma) a accusé cette coalition d’être responsable d’exécutions sommaires. « Barkhane » ne risque-t-elle pas d’être instrumentalisée ?
 
Je n’aime pas le terme « collaborer ». « Barkhane » ne collabore pas avec le MSA et le GATIA, elle se coordonne avec ces groupes, dans une action ponctuelle basée sur du renseignement. « Barkhane » s’entoure des précautions nécessaires et c’est un choix qui est mûri et assumé. Les groupes d’autodéfense avec lesquels nous travaillons, ponctuellement et sans planification préétablie, savent que la coordination pourrait être réversible dès lors que leurs actions s’inscriraient en dehors du cadre fixé. « Barkhane » est prête à se coordonner avec tous les groupes armés qui manifestent clairement leur volonté de lutter contre le fléau du terrorisme en respectant trois critères que j’ai fixés : la loyauté envers l’Etat malien, la volonté de lutter contre le terrorisme avec les forces armées maliennes et le respect du droit des conflits armés. Cette démarche ne s’appuie donc sur aucune considération communautaire, mais réclame des preuves de bonne foi.
 
Je constate qu’il y a surtout une occultation systématique du rôle des groupes armés terroristes dans ces conflits dits communautaires. Or ils les ont instrumentalisés, favorisés et entretenus.
 
Comment jugez-vous, plus largement, la situation sécuritaire au Mali ?
 
Quand je suis arrivé, la région Liptako concentrait une très large part des attaques et incidents sécuritaires. Le travail réalisé montre que les gains sont possibles, même s’il reste à les pérenniser par des actions de développement. « Barkhane » ne s’interdit pas d’agir dans d’autres zones du nord du Mali : à Kidal, où nous menons des actions d’opportunité ; dans le secteur de Tombouctou contre la Katiba Al-Furqan ; et dernièrement dans le Gourma avec la force conjointe du G5 et les forces armées maliennes contre la katiba [brigade] 3Alpha, avec d’excellents résultats.
 
Dans toutes ces zones, nous avons pris le dessus sur l’ennemi en lui infligeant des pertes sévères. L’ennemi est toujours là, dilué au milieu des populations, mais il est clairement sous pression. Il ne dispose plus de sanctuaire. Il n’est plus capable de mener d’action d’envergure coordonnée. Mais, je le dis souvent, il n’y aura pas de solution militaire au Mali. La solution est politique, et seule une action globale, sur l’ensemble des leviers militaire, diplomatique, économique surtout, permettra d’établir les conditions d’une stabilité durable.
 
« Barkhane » a évolué vers une occupation plus durable du terrain, pour quel bilan ?
 
Le pragmatisme a conduit à recentrer l’action de « Barkhane » dans le Liptako, qui est ainsi devenu le premier point d’application de la stratégie globale de la France. Agir méthodiquement, en combinant l’ensemble des approches de restauration de la vie civile, ne peut se faire que sur une durée suffisante et une zone limitée. Notre présence plus permanente sur le terrain aux côtés des forces maliennes permet de réduire la capacité de combat des groupes terroristes par des opérations successives et, parallèlement, de développer l’aptitude des forces armées partenaires. Elles peuvent poursuivre le combat de manière autonome à mesure que le rapport de force s’inverse progressivement.
 
Sur le plan tactique, nos actions sont dirigées sur la base d’un renseignement de plus en plus précis, et la population y joue un rôle clé. Nos actions sont plus ciblées, notre force beaucoup plus réactive et moins prédictible.
 
Comment expliquez-vous qu’Iyad Ag-Ghali, à la tête du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), demeure insaisissable ?
 
Les groupes de Ag Ghali ont subi de lourdes pertes au cours des premiers mois de 2018, qui ont provoqué une profonde désorganisation du RVIM. Dans cette société très hiérarchisée où tout ou presque passe par les chefs, leur neutralisation a provoqué un renouvellement des cadres. Ag-Ghali parvient à se cacher, notamment dans les oueds de la partie septentrionale du Mali. Sa longévité témoigne de la robustesse de ses soutiens. Nos actions du début d’année ont fortement déstabilisé notre adversaire mais ne l’ont pas totalement abattu. Un jour, il sera mis hors de combat.
 
La population soutient-elle les groupes armés ?
 
Ces groupes cherchent à se fondre à la population, souvent contre sa volonté. Cette implantation se traduit par une implication de plus en plus marquée dans le tissu local, voire par une substitution aux autorités légales. Les habitants sont apeurés et la menace des terroristes l’emporte souvent sur les promesses des forces régulières. Sans perspective immédiate de retour de l’Etat de droit, les populations rechercheront des protecteurs garants de leur survie. Dans certaines parties du territoire, la sécurité, voire la justice, sont assurées de facto par des groupes djihadistes. Seul le retour permanent de l’autorité malienne, favorisera le retour de la confiance de la population.
 
Un certain nombre de jeunes s’engagent aussi dans les rangs de ces groupes armés pour se défendre contre d’autres communautés. Ce qui ne signifie pas que les populations soutiennent tous les djihadistes. Il faut maintenant faire converger les stratégies militaire et de développement afin de provoquer la rupture et couper les liens entre population, communautés et djihadistes. C’est un point fondamental. Cela prendra du temps, sera douloureux peut-être, mais la situation reste réversible. C’est avant tout une question de volonté politique.
 
Au Mali, des voix continuent de plaider en faveur de négociations avec les groupes djihadistes. Est-ce une option envisageable ?
 
C’est une question éminemment politique. Aujourd’hui, il y a toute une partie du territoire à reconquérir en réinstaurant l’intégrité de l’Etat. Ensuite, ce sera aux autorités maliennes d’entamer des discussions avec ceux qui renonceront à la violence, pour instaurer une paix durable.

 Commentaires

LIRE AUSSI...

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes

L’opposition togolaise affaiblie par ses querelles internes
Mar 26 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Après le boycottage des législatives de décembre 2018, sept des quatorze partis de la coalition ont claqué la porte, dont plusieurs poids lourds politiques.   « Nous avons marché durant des mois sous un soleil chaud et parfois sous la pluie, espérant... Lire la suite >

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre
Mar 26 Mar 2019 | Source : FRED DUFOUR / AFP ... | dans Société

À cause de la situation qui prévaut actuellement au Mali, près de mille écoles sont fermées. De quoi impacter gravement l'éducation de nombreux enfants.   L'engrenage de ce qui ressemble désormais à une guerre civile a coûté... Lire la suite >

Renversant Nigeria !

Renversant Nigeria !
Jeu 21 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Beaucoup d'indicateurs laissaient penser que rester à la barre du Nigeria serait mission impossible pour Buhari lors du dernier scrutin présidentiel. Il n'en a rien été.   Étonnant Nigeria. Le moins que l'on puisse dire est que ... Lire la suite >

En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott

En Mauritanie, une mission d’Amnesty International refoulée à l’aéroport de Nouackchott
Jeu 21 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ONG venait effectuer une mission de recherche sur les droits humains dans le pays où les « séquelles » de l’esclavage, bien qu’abolit en 1981, perdurent.   La police mauritanienne a refoulé, dimanche, à son arrivée à... Lire la suite >

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya

Au Cameroun, l’inquiétant crépuscule du régime Biya
Dim 17 Mar 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Emprisonnement du principal opposant, conflit armé dans les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest : le pouvoir multiplie les signes de raidissement.   Passer inaperçu tout en se rendant indispensable. Depuis son accession à la tête du Cameroun... Lire la suite >

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »

Algérie : les 4 pièges à éviter pour la « révolution du sourire »
Dim 17 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Alors que de nouvelles manifestations sont prévues ce vendredi, quels sont les pièges qui semblent guetter ce « sursaut populaire » ?   La question s'est beaucoup posée cette semaine. L'important mouvement populaire contre le régime... Lire la suite >

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »

« La proposition de Bouteflika ? Une duperie politique, une imposture juridique ! »
Mer 13 Mar 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Maître de conférences, la politologue Louisa Dris-Aït Hamadouche évalue la nouvelle donne politique algérienne à l'aune du message du président Bouteflika de ce 11 mars.   Sous la poussée de la rue, le président... Lire la suite >

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles

Ethiopie: La visite de Macron donne de l'espoir pour une église vieille de 9 siècles
Mer 13 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Ce mercredi matin de mars, le prêtre Mekonnen Fatne, debout parmi ses fidèles orthodoxes éthiopiens, observe une église vieille de neuf siècles qu'ils craignent de voir détruite à tout moment.   Au-dessus de l'église s'étend... Lire la suite >

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement

Acquitté par la CPI, le Congolais Bemba demande 68 millions d'euros de dédommagement
Mar 12 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'ex vice-président congolais Jean-Pierre Bemba, acquitté par la Cour pénale internationale (CPI) de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité après près d'une décennie en détention, demande plus de 68 millions d'euros ... Lire la suite >

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?

Bouteflika : la justice suisse va-t-elle instruire une plainte pour « suspicion d'enlèvement » ?
Mar 12 Mar 2019 | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée alors que, le 25 février, une Algérienne a déposé une plainte pour « suspicion d'enlèvement d'une personne incapable de discernement ».   Le lendemain de l'arrivée... Lire la suite >

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »

Algérie : Abdelaziz Bouteflika serait « sous menace vitale permanente »
Jeu 07 Mar 2019 | Source : http://afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Selon « La Tribune de Genève », en raison d'une dégradation de ses fonctions neurologiques, le président algérien risque d'ingérer des aliments ou des liquides dans les poumons.   Sous le titre « Bouteflika nécessite... Lire la suite >

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce

RDC: l'opposant Martin Fayulu renonce
Jeu 07 Mar 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

L'opposant et candidat malheureux à la présidentielle du 30 décembre en République démocratique du Congo, Martin Fayulu, a annoncé mercredi à l'AFP qu'il ne siègera pas comme député, se considérant comme "président... Lire la suite >

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats

Election présidentielle au Sénégal : confusion générale à l’heure des premiers résultats
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le premier ministre a désigné le président sortant Macky Sall vainqueur, sans prendre la peine d’attendre les résultats officiels.   C’était une journée de vote paisible dont rien ne laissait présager l’achèvement... Lire la suite >

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs

Elections au Nigeria : dans l’attente des résultats, les deux clans se disent vainqueurs
Mar 26 Février 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Outre leur président, les Nigérians étaient appelés samedi à désigner 360 députés et 109 sénateurs.   Le comptage des voix entre les deux favoris de la présidentielle au Nigeria, le chef de l’Etat sortant, Muhammadu... Lire la suite >

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !

Présidentielle du Nigeria : et maintenant, place au décompte des voix !
Lun 25 Février 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

C'est dans un calme relatif, malgré seize personnes tuées dans des violences ainsi que des bureaux de vote saccagés dans quelques États, que les membres de la Commission électorale se sont mis au travail pour cette phase décisive de l'élection.   Ce... Lire la suite >

RDC: un mois après, Tshisekedi

RDC: un mois après, Tshisekedi
Lun 25 Février 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Politique

Un mois après son investiture, le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi reste à la merci de son prédécesseur Joseph Kabila, maître du jeu politique grâce à ses majorités à ... Lire la suite >

ACTUALITE

Mali : les écoliers, ces autres victimes de la guerre
Mar 26 Mar 2019 | Source: FRED DUFOUR / AFP
Renversant Nigeria !
Jeu 21 Mar 2019 | Source: afrique.lepoint.fr
Plus d'Actualité | Cliquez ici

Vidéo à ne pas rater

Côte d'Ivoire: Réjouissances populaires
Mar 29 Mai 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS