NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Maroc, ces enfants malades des unions consanguines


 Au Maroc, ces enfants malades des unions consanguines
Une fois par semaine, Malika parcourt 50 km à pied et en voiture, pour conduire au CHU de Marrakech sa fille Mouna, 6 ans, paralysée des jambes à cause d’une pathologie liée à la consanguinité. | PHOTO: GHALIA KADIRI
Les généticiens marocains sont peu nombreux dans le pays, où le mariage entre cousins persiste pourtant, avec un taux national de consanguinité de plus de 15 %.
 
Pour transporter Mouna à l’hôpital, sa mère doit la porter sur le dos. Une fois par semaine, Malika parcourt la cinquantaine de kilomètres qui sépare sa modeste maison, près du village de Sidi Rahal, du centre hospitalier universitaire (CHU) de Marrakech, où elle conduit sa fille de 6 ans. Echarpe nouée aux hanches qui retient Mouna bien serrée contre elle, Malika marche, fait de l’auto-stop, partage un taxi quand elle trouve. A chaque visite, elle pose la même question : « Ma fille va-t-elle guérir ? » A chaque visite, on lui répond que non. Il n’existe aucun traitement pour délivrer Mouna de ses handicaps. Rien qui puisse la faire marcher ou voir correctement à nouveau. Malika retourne alors dans son douar, le dos courbé, écrasée par ce fardeau qu’elle porte depuis des années. Le poids de la culpabilité : lorsque, vingt-sept ans plus tôt, elle a accepté de prendre son cousin germain pour époux.
 
La petite Mouna souffre d’une maladie génétique héréditaire qui a provoqué chez elle une malvoyance, un retard psychomoteur et une paralysie des jambes. Son frère Hassan, 16 ans, est atteint de la même maladie, causée par l’union de leurs parents. Car les mariages entre cousins au premier degré favorisent les maladies autosomiques récessives, c’est-à-dire transmises à la fois par la mère et le père. Quand les deux parents sont porteurs sains du même gène « malade » hérité du même ancêtre, l’enfant a un risque sur quatre de développer la maladie.
 
 
Au Maroc, les mariages intrafamiliaux ont considérablement diminué au fil des générations. Dans les villes, la population, plus éduquée, a balayé cette vieille coutume. Mais en milieu rural, elle continue de faire des dégâts, en particulier dans le sud du pays, où 33 % des unions sont consanguines, selon une étude publiée par des universitaires marocains en 2007. A l’échelle nationale, le taux de consanguinité est encore élevé : 15,25 %, selon une étude réalisée par l’Institut national d’hygiène (INH) en 2009.
Traditionnellement, les familles d’agriculteurs y trouvent un avantage lié aux questions d’héritage et de propriété. D’autres entendent préserver la lignée familiale, en particulier dans les tribus. Dans les régions enclavées, la faible densité de population limite le choix du conjoint et les habitants se retrouvent au fur et à mesure liés par le sang, sans avoir conscience des risques.
 
Retards psychomoteurs et mentaux
 
Malika non plus ne savait pas. A 47 ans, cette femme originaire du sud du Maroc n’a jamais mis les pieds à l’école. « Je suis analphabète, dit-elle. Mais je suis la seule de mon village à avoir enfin compris pourquoi tous ces enfants naissent handicapés. » Dans sa minuscule maison en terre rouge, Malika s’occupe seule de ses enfants pendant que son mari travaille dans les champs d’oliviers qui entourent le village. « Mon époux est le fils de ma tante maternelle. » Elle donne à manger à Mouna, le regard dur. « Un jour, il a demandé ma main. J’avais 20 ans. J’ai dit oui parce que je ne connaissais pas les risques. J’aurais dû dire non. » Elle ferme les yeux un instant, comme pour effacer ses derniers mots. « Enfin, soupire-t-elle, c’est Dieu qui l’a voulu. »
 
 
Le couple a d’abord eu trois filles, saines. Puis Malika est tombée enceinte de jumeaux. « J’ai accouché chez moi. L’un d’eux a crié tout de suite, l’autre est tombé par terre, c’était Hassan. » A l’époque, le médecin généraliste pensait que le handicap était dû à la chute. « Son frère jumeau allait très bien ! Mais Hassan boitait, alors on l’a opéré des deux jambes », raconte la mère de famille. Aujourd’hui, Hassan a complètement perdu l’usage de ses jambes. Il souffre également de malvoyance et de retards psychomoteurs et mentaux.
 
Malika, et son fils Hassan, 16 ans, qui souffre de malvoyance et de retards psychomoteurs et mentaux, dans leur maison près du village de Sidi Rahal. Deux des six enfants de Malika sont atteints de maladies génétiques. CRÉDITS : GHALIA KADIRI
 
Ce n’est qu’à la naissance de la petite dernière, Mouna, que Malika a commencé à avoir des doutes. « Elle est née en bonne santé, mais elle boitait comme son frère, se souvient-elle. C’est un pédiatre de l’hôpital de Marrakech qui nous a dirigés vers la généticienne. » La professeure Nisrine Aboussair, petite femme de 40 ans coquette et affirmée, est cheffe du premier service de génétique médicale individualisé et intégré à un CHU public au Maroc, qu’elle s’est battue pour créer en 2014. « Le service n’était pas prévu dans les plans du CHU Mohammed-VI de Marrakech [inauguré en 2008], indique-t-elle. Il a fallu sensibiliser tout le monde, même le personnel médical, à l’importance de cette spécialité dans un pays où elle est encore trop peu développée. »
 
« Certains parents abandonnent »
 
Nisrine Aboussair a compris dès que Mouna a franchi le seuil de son cabinet. « Certaines caractéristiques physiques m’ont mis la puce à l’oreille. Et en faisant l’arbre généalogique, je me suis aperçue que son frère était aussi atteint d’une maladie due à la consanguinité », explique la généticienne. Ces pathologies, extrêmement complexes, sont difficiles à détecter par des non-généticiens. « Les retards de diagnostic sont courants, car il faut des investigations très poussées et cela peut prendre beaucoup de temps à établir. »
 
 
Souvent, les parents sont découragés par les allers-retours à l’hôpital. « Comment vais-je transporter Hassan avec sa chaise roulante ? Je n’ai pas les moyens ! » s’emporte la mère. Avec le Régime d’assistance médicale (Ramed) pour les plus démunis, tous les soins réalisés dans un hôpital public sont gratuits pour sa famille. Mais le service de génétique de Marrakech est le seul dans la région et les déplacements sont coûteux. « Il faut multiplier les services de génétique et renforcer ceux déjà existants, suggère Nisrine Aboussair. La prise en charge est lourde, il faut ouvrir des centres adaptés dans les campagnes et sensibiliser les médecins généralistes afin de soulager les familles. »
 
« Et puis, ajoute la professeure, quand les parents réalisent que leur enfant ne guérira pas, certains abandonnent. Or il y a des possibilités d’améliorer le vécu de ces enfants et d’empêcher la maladie d’évoluer trop rapidement. » Malika aide sa fille à faire des exercices de rééducation à la maison. Pour Hassan, « c’est trop tard », dit-elle. L’adolescent de 16 ans ne quitte jamais sa chaise roulante et garde les mêmes vêtements plusieurs jours. « Son père ne veut plus s’en occuper. Il mise sur son frère jumeau, c’est le seul de nos enfants à aller à l’école », confie Malika.
 
Le tabou de l’avortement
 
Aujourd’hui, les tests génétiques permettent de déceler plus facilement d’éventuelles anomalies. « Si la maladie a déjà été déclarée dans la famille, nous proposons au couple un test pour savoir s’il est porteur du gène en question, explique le professeur Abdelaziz Sefiani, responsable du département de génétique médicale à l’INH, à Rabat. La science donne la possibilité de passer d’un risque de 25 % à une certitude que l’enfant contractera ou non la maladie. »
 
Mais le dépistage prénatal reste difficile d’accès au Maroc. Trop chers, parfois non disponibles dans le pays, les tests génétiques ne sont pas inclus dans la nomenclature de l’assurance maladie. « Nous sommes en train de sensibiliser les responsables sur la nécessité d’inclure ces tests qui sont indispensables », assure le professeur Sefiani, également président de la Société marocaine de génétique médicale. Mais à quoi bon ? Car même si le diagnostic prénatal confirme une anomalie, l’avortement est strictement interdit par la loi marocaine, même en cas de malformation grave du fœtus. Seule l’interruption de grossesse en cas de danger pour la santé de la mère est légale.
 
Une lueur d’espoir est toutefois apparue en 2015 avec une proposition de loi élargissant le droit à l’avortement aux cas de viol, d’inceste et de malformation grave du fœtus. Deux ans après, elle n’a toujours pas été votée, mais « c’est en bonne voie, le PJD [Parti de la justice et du développement, au pouvoir] a donné son aval », affirme une gynécologue à Casablanca qui souhaite garder l’anonymat : « Ce n’est pas encore inscrit dans le Code pénal, mais, en réalité, c’est pratiquement autorisé. Quand on décèle une maladie grave, on le fait. » Mais une question reste en suspens : quels types de malformations justifient un avortement ? Pour Abdelaziz Sefiani, qui a été sollicité pour réfléchir à l’ébauche de la loi, « un grand débat nous attend sur les plans éthique, sociétal et religieux. Mais c’est déjà une victoire », se félicite-t-il.
 
Dans un pays où la religion est omniprésente, l’avortement est très mal perçu par la population. Malika n’a jamais osé y penser. « Même la contraception est difficile d’accès ! » Avant d’avoir Mouna, elle a fait une fausse couche. Epuisée par la prise en charge d’un premier enfant handicapé, Malika a demandé au médecin de lui faire une ligature des trompes. « Il a refusé. Il m’a dit que c’était haram. » Interdit.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »
Mer 17 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ENTRETIEN. Pour cet ex-directeur de la régie d'assainissement de Kinshasa, le changement climatique n'est pour rien dans les inondations meurtrières récemment connues par la capitale congolaise. Explications.   Un deuil national de deux jours a été... Lire la suite >

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »
Mer 17 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, la polémique sur les « pays de merde » ne doit pas masquer le véritable enjeu : les politiques migratoires des Etats-Unis et de l’Europe.   Chronique. Après les Noirs, les musulmans, les Latinos, les femmes, les homosexuels,... Lire la suite >

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le « Washington Post », il a tenu ces propos alors qu’il recevait plusieurs sénateurs pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial.     « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent... Lire la suite >

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Il revient à l’ancienne star du football, élu fin décembre 2017 à la tête du pays, de ne pas brader la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat.   Analyse. L’élection de George Weah à la présidence... Lire la suite >

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ancien caïd de banlieue est devenu un intermédiaire international de haut vol en soignant ses relations avec les pouvoirs gabonais, libyen, congolais ou algérien.   Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté... Lire la suite >

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Depuis sa prise de fonction en septembre 2017, le président Joao Lourenço a commencé à démanteler l’empire politico-financier bâti par son prédécesseur.   Le président angolais Joao Lourenço a démis de ... Lire la suite >

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride
Jeu 11 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

Le nouveau dignitaire a été choisi dans la nuit. Le président Macky Sall est arrivé à Touba pour présenter aux croyants les condoléances de la nation.   C’est dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 janvier que l’un des... Lire la suite >

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur
Jeu 11 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Nigeria, les autorités ont saisi le mois dernier, près de 115 tonnes de médicaments interdits au port de Lagos. Il s'agit, selon les autorités, de six conteneurs remplis de Tramadol, un antidouleur, dont la vente est limitée et contrôlée à... Lire la suite >

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres
Mer 10 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’homme d’affaires a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur un possible financement du régime libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.   Depuis le 7 septembre 2016, date d’une convocation... Lire la suite >

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana
Mer 10 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Elles s'appellent Farmerline, CowTribe ou Ghalani : ce sont des applications 100 % agricoles qui permettent au pays d'inventer l'agriculture de demain. Découverte.   Voilà une solution numérique qui répond à l'une des incantations actuelles... Lire la suite >

"Que les médiocres dégagent": Mgr Monsengwo, la bête noire de Kabila

Mar 09 Jan 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'archevêque de Kinshasa Laurent Monsengwo, figure de la puissante Eglise congolaise et du Vatican, ressort la carte du défi frontal au pouvoir en ce début d'année 2018 cruciale pour la République démocratique du Congo, un an après la médiation... Lire la suite >

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne
Mar 09 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Le président sénégalais, Macky Sall a décrété deux jours de deuil à partir de ce lundi à la mémoire des 13 jeunes tués samedi dans une forêt protégée de Casamance. Une délégation ministérielle... Lire la suite >

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée après l'attaque perpétrée ce samedi à Boffa et attribuée à des éléments armés supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC). ... Lire la suite >

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

La Loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique (AGOA) permet aux pays d'Afrique subsaharienne qui en bénéficient d'exporter sur le marché américain sans droit de douanes. Avec l'administration Trump, l'esprit de solidarité... Lire la suite >

Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »

 Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »
Sam 06 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le colonel Auguste Denise Barry est accusé d’avoir mis en place un mouvement insurrectionnel pour déstabiliser le régime actuel.   Après deux ans et demi d’ombre, le colonel Auguste Denise Barry revient dans la lumière, malgré lui.... Lire la suite >

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes
Sam 06 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Éradiquer la corruption dans la vie publique du Ghana était l'une des promesses majeures du président Nana Addo-Akufo. Où en est-il aujourd'hui ?   Le débat sur la lutte contre la corruption est relancé au Ghana. Il bat même son... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

LYNAYS-Concepteur de solutions énergétiques
Jeu 26 Oct 2017 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS