NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Maroc, le trafic lucratif des travailleuses domestiques


Au Maroc, le trafic lucratif des travailleuses domestiques
Des domestiques dans le petit parc du quartier Aïn Chock, à Casablanca, au Maroc, en mai 2017. | PHOTO: GHALIA KADIRI
Malgré une loi de 2016 qui encadre cette activité, de nombreuses femmes de ménage restent prisonnières d’intermédiaires peu scrupuleux.
 
Derrière les marchands ambulants de fruits et légumes, un groupe de femmes se tient debout, têtes baissées. Chacune se demande si, aujourd’hui, elle sera sélectionnée. La scène se passe dans un petit parc du quartier Aïn Chock, dans le sud de Casablanca. Tous les matins, une dizaine de femmes vêtues de djellabas colorées campent dans ce jardin, espérant trouver du travail comme domestiques. Au fil de la matinée, des maîtresses de maison défilent. Elles viennent scruter et choisir leur nouvelle femme de ménage selon des critères de compétences, d’âge, et même physiques. Le tout sous le regard intraitable d’un dénommé « Michelin », qui organise et récolte les bénéfices de ce petit commerce.
 
Au Maroc, le métier de Michelin a un nom : « samsar ». Ce gagne-pain informel, dont le terme est impossible à traduire en français, consiste à jouer l’intermédiaire lors d’une transaction financière, en échange d’une commission. Très présents dans le secteur de l’immobilier, où ils font de l’ombre aux agents officiels, certains samsars se sont spécialisés dans le commerce de domestiques.
Un échange coûte 200 dirhams
 
Car si cette pratique peut s’apparenter à une simple activité de service, le réseau de recrutement ressemble davantage à un trafic, où les femmes de ménage deviennent prisonnières d’intermédiaires peu scrupuleux. En l’absence de contrat, elles sont privées de droits, sous-payées, parfois maltraitées. Les samsars en profitent également pour exploiter illégalement des « petites bonnes » alors que l’âge minimum des travailleuses domestiques est fixé à 16 ans.
 
Michelin est l’un des plus anciens. Dans les années 1980, alors qu’il tenait un four à pain traditionnel à Casablanca, il aidait ses clientes, en échange de généreux pourboires, à embaucher du personnel de maison. Après un séjour en prison pour des raisons restées obscures, il a décidé de se consacrer pleinement à cette activité fructueuse sous ce pseudonyme qu’il a toujours conservé.
Trente ans plus tard, l’homme de petite taille, brun, la cinquantaine, smartphone à la main, a fait du jardin d’Aïn Chock son lieu de travail, sans être inquiété par les autorités. Pour chaque femme qu’il place dans un foyer, Michelin touche 500 dirhams (45 euros) : 400 versés par l’employeur, 100 par la femme de ménage. Si le client n’est pas satisfait dans les trois mois, il propose de l’échanger pour 200 dirhams. « Il gagne au moins 20 000 dirhams par mois [plus de 1 800 euros], sans payer d’impôts ni aucun frais puisqu’il travaille en plein air », témoigne, d’un air amusé, un gardien posté non loin du jardin.
 
« Il nous vendait comme du bétail »
 
Des centaines de samsars interviennent à Casablanca. Dans des parcs, derrière une mosquée, à l’angle d’un boulevard, chacun contrôle son territoire. Sans compter ceux qui ne travaillent « que par WhatsApp » et par le circuit d’informateurs – gardiens de voiture ou d’immeubles – qui les alimentent. Cette activité, au départ essentiellement du bouche-à-oreille, est devenue un véritable métier dans une métropole où la population a atteint près de 6 millions d’habitants et où les besoins en services sont croissants. Pour gagner plus d’argent, les samsars ont tous la même ruse : rappeler les femmes de ménage au bout de quelques mois pour les placer ailleurs… et multiplier ainsi leurs commissions.
 
 
Fatima, 27 ans, est cuisinière chez un couple de quinquagénaires marocains. « Comme beaucoup de filles de la campagne, j’ai quitté mon village pour trouver du travail à Casablanca. En arrivant, à l’âge de 15 ans, j’ai connu un samsar », raconte-t-elle. Pendant près de dix ans, elle a enchaîné les emplois, à sa merci. « Il nous vendait comme du bétail : les maîtresses de maison venaient choisir selon leurs critères personnels. Elles prenaient des moches pour ne pas tenter leur mari coureur de jupons, ou demandaient au contraire des filles susceptibles d’être abusées. »
 
Parfois, les intermédiaires se déplacent dans les douars, au fin fond de la campagne marocaine, pour recruter des petites filles, illettrées. Ils promettent à leurs parents de les inscrire à l’école, en plus de leur travail. Mais une fois en ville, elles sont piégées. « Le samsar mentait au client sur mon âge, ajoute Fatima. De toute façon, personne ne cherchait à en savoir plus vu que je ne coûtais pas grand-chose » : 350 dirhams par semaine, sans sécurité sociale ni jour de congé. « Quand on débarque dans une grande ville et qu’on ne connaît personne, on n’a pas le choix, on leur fait confiance », explique la jeune femme, qui paraît plus vieille que son âge.
Concurrence des étrangères
 
Aujourd’hui, Fatima gagne deux fois plus. « Grâce à un couple qui respecte la loi », dit-elle. Depuis 2016, les travailleuses domestiques, autrefois exclues du code du travail, ont enfin des droits. La nouvelle loi exige un contrat de travail, qui ouvre l’accès à la protection sociale et garantit un salaire représentant 60 % du salaire minimum marocain (2 570 dirhams par mois). Le texte fixe à 18 ans l’âge minimum de travail, avec toutefois une période de transition de cinq ans pendant laquelle les filles de 16 à 18 ans peuvent travailler.
 
 
Même si les nouvelles dispositions ne sont pas suffisantes aux yeux des associations locales, la loi a encouragé un nouveau marché en dehors du réseau informel. Plusieurs agences de recrutement légales ont vu le jour. « Nous proposons un service avec contrat et engagement de prestation, qui protège à la fois les travailleuses domestiques et l’employeur », indique Salma Khadiri, gérante de l’agence de recrutement Bayti Help, une des premières installées au Maroc. L’agence propose des prix identiques à ceux pratiqués par les intermédiaires traditionnels. « Les samsar sont toujours actifs dans les rues, mais nous ne sommes pas concurrents. Leur clientèle ne veut pas payer le salaire minimum et ne respecte pas les employées », affirme Salma Khadiri.
Dans la rue, les samsars redoutent en réalité d’autres concurrents : les recruteurs étrangers. Au Maroc, de plus en plus de familles embauchent des femmes de ménage asiatiques et subsahariennes. Zineb, 38 ans, emploie une Sénégalaise depuis deux ans, recrutée par l’intermédiaire de Marc, un Ivoirien. Il propose des domestiques ivoiriennes, sénégalaises, camerounaises et gambiennes, avec ou sans papiers, pour 1 200 dirhams par mois. « C’est toujours mieux payé qu’au pays », se justifie l’Ivoirien de 35 ans. Zineb n’a pas hésité : « Elle parle français, coûte moins cher qu’une Marocaine et ne prend jamais de congé, même pendant les fêtes religieuses. Le choix était vite fait. »
 
Les employées philippines, prisées mais brimées
 
Raina (son prénom a été modifié) a laissé ses cinq enfants à Manille. Depuis un an et demi, cette Philippine de 42 ans est employée de maison chez une riche famille de Rabat. Comme dans les pays du Golfe où la main-d’œuvre asiatique est très recherchée, les femmes de ménage philippines sont de plus en plus demandées par la bourgeoisie marocaine. Jugées plus discrètes et obéissantes que les Marocaines, elles sont aussi appréciées pour leur maîtrise de l’anglais.
 
« Elles apprennent la langue aux enfants, explique une Marocaine qui a engagé une Philippine il y a bientôt deux ans. Et puis il ne faut pas se mentir, c’est une façon de frimer dans notre petit milieu. Au Maroc, nous avons un complexe : tout ce qui est étranger est forcément mieux ! » Mais frimer a un prix : 400 dollars par mois (350 euros). C’est le salaire minimum imposé par le gouvernement philippin pour lutter contre la précarité des travailleurs étrangers, après les nombreux scandales au Moyen-Orient liés à la « Kafala » (un système de parrainage qui enchaîne l’employé à son patron).
 
Comme Raina, les domestiques philippines sont recrutées sous contrat de deux ans par des agences officielles qui se chargent de faire le lien entre les deux pays. L’agence envoie aux futurs employeurs une liste de dix CV avec la photo, la taille, le poids et la religion de la femme de ménage. Lorsqu’ils ont choisi, les clients payent 3 500 dollars pour le billet d’avion, les frais de visa et la commission de l’agence. Une fois la domestique arrivée, ils doivent confisquer son passeport et ne jamais la laisser sortir sans surveillance. « Pas un jour de congé en deux ans », se lamente Raina.
 
Les recruteurs justifient cette mesure stricte par des raisons de sécurité, afin d’empêcher les travailleuses de s’enfuir. Pour elles, le séjour au Maroc se transforme en cauchemar. « Je ne peux ni me reposer, ni aller à l’église. Je n’ai même pas de connexion Internet pour joindre mes enfants », regrette Raina. En acceptant l’offre d’emploi, les Philippines connaissent les risques. « On fait le sacrifice pendant deux ans pour gagner un maximum d’argent et aider notre famille restée sur place », révèle Raina, dont le contrat s’achève dans quelques mois.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger

AFRIQUE ÉCONOMIE PodcastFinancement des partis politiques (série 4/5): l'argent de l'étranger
Ven 20 Avr 2018 | Source : rfi.fr ... | dans Economie

Toute cette semaine Afrique économie se penche sur une question cruciale, l’économie des partis politiques africains. L'argent étant le nerf de la guerre, comment se finance l’action politique ? Par quels mécanismes publics ou privés ? Quatrième... Lire la suite >

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences

Au Niger, le campus de Niamey fermé après des violences
Ven 20 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les étudiants protestent notamment contre l’exclusion de cinq de leurs camarades de l’université en mars.   Le campus universitaire de Niamey, le plus important du Niger, a été fermé mercredi 18 avril « jusqu’à nouvel ... Lire la suite >

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique

Togo : l'économie dégringole sous les coups de la crise socio-politique
Jeu 19 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Un sondage de la Chambre de commerce et d'industrie du Togo éclaire en chiffres l'impact de la situation qui y prévaut depuis août 2017.   Jusqu'à présent, aucun chiffre ne venait corroborer ceux qui circulaient sur les réseaux sociaux... Lire la suite >

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte

Le président nigérian en route pour un deuxième mandat malgré un bilan en demi-teinte
Jeu 19 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Faute de successeur crédible, les dirigeants du parti au pouvoir se rangent majoritairement derrière Muhammadu Buhari.   Alors que Muhammadu Buhari a récemment multiplié les visites aux quatre coins du Nigeria, d’aucuns le soupçonnaient de venir... Lire la suite >

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence

RDC: le chargé d'affaires du Nigeria délogé de sa résidence
Mar 17 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le chargé d'affaires du Nigeria a été délogé de sa résidence à Kinshasa en raison d'une querelle foncière qui dure depuis plusieurs années, a rapporté dimanche la radio onusienne Okapi.   Le chargé d'affaires... Lire la suite >

Le paludisme, tueur au quotidien

Le paludisme, tueur au quotidien
Mar 17 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Lire la suite >

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore

Total, le Congo, le FMI et le « fonds vautour » : l’histoire d’un montage offshore
Jeu 12 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des documents issus des « Paradise Papers » révèlent comment le pétrolier français a aidé l’Etat africain à berner le FMI.   Un Etat endetté cherchant des financements, une compagnie pétrolière cherchant... Lire la suite >

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre

Sierra Leone : Julius Maada Bio remet de l'ordre
Mer 11 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

« Cleaning Day » pour la population, strict respect des horaires pour les fonctionnaires : le nouveau président a d'ores et déjà pris des mesures qui frappent les esprits.   Les fonctionnaires dans la ligne de mire de Julius Maada Bio. Le nouveau ... Lire la suite >

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »

RDC : l’ONU travaille à « convaincre Kinshasa qu’il n’est pas en guerre avec son peuple »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Leila Zerrougui, nouvelle cheffe de la Monusco, insiste sur l’importance de la tenue d’élections « crédibles » en République démocratique du Congo le 23 décembre.   La République démocratique du Congo (RDC) traverse... Lire la suite >

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »

L’armée malienne soupçonnée d’« exécutions sommaires »
Mar 10 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Les forces maliennes affirment que 14 « suspects terroristes » auraient été tués « suite à une présumée tentative d’évasion ».   Une association peule et des proches de quatorze suspects tués pendant... Lire la suite >

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine

Au Ghana, le président dément l’installation d’une base militaire américaine
Lun 09 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Des centaines de personnes étaient descendues dans la rue pour protester contre un accord passé entre Washington et Accra en 2017.   Au cœur d’une polémique qui enflamme le Ghana, le président Nana Akufo-Addo a assuré dans un discours retransmis... Lire la suite >

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »

Mgr Jean-Paul Vesco : « On nous ment quand on nous dit que la religion est une frontière »
Lun 09 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ENTRETIEN. Alors que le Vatican souhaite que la cérémonie de béatification des moines de Tibhirine ait lieu en Algérie, les mots de l'évêque d'Oran ont une résonance particulière.   Il porte un insigne aux couleurs du drapeau... Lire la suite >

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict

Sierra Leone : le chef de l'opposition déclaré président, mais son adversaire refuse le verdict
Ven 06 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Politique

« Nous contestons les résultats et nous prendrons les actions judiciaires pour les corriger », a déclaré Samura Kamara, candidat malheureux du parti au pouvoir.   Le candidat du principal parti de l'opposition en Sierra Leone, Julius Maada Bio, a ... Lire la suite >

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence

Affaire Zuma: un ancien avocat de Thales sort du silence
Ven 06 Avr 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est l'un de ces personnages sulfureux que l'on croise au hasard des pages des romans noirs, au bar d'un grand hôtel. Eminences grises, entremetteurs voire hommes de main, ils naviguent dans l'ombre des puissants, aux frontières de la loi.   Ajay Sooklal... Lire la suite >

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila

ENQUÊTE / En RDC, les religieux ne croient plus en Joseph Kabila
Jeu 05 Avr 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Alors que l’Eglise catholique s’est affirmée comme la première force d’opposition, musulmans et protestants prennent à leur tour leurs distances avec le régime.   A Kinshasa plus qu’ailleurs, les cultes proposés par les innombrables... Lire la suite >

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine

Inde-Afrique : New Delhi à l'œil sur la zone de libre-échange africaine
Jeu 05 Avr 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Derrière sa présence diplomatique qu'il renforce sur le continent, le gouvernement de Narendra Modi affiche clairement son intention de concurrencer son grand voisin de l'empire du Milieu.   L'Inde est-elle suffisamment représentée en Afrique ?... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

Université Charles-Louis De...Montesquieu Abidjan / Grandes Conférences Royales - 7è édition
Sam 14 Avr 2018 | dans: Culture d'ici et d'ailleurs

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS