NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Au Maroc, le trafic lucratif des travailleuses domestiques


Au Maroc, le trafic lucratif des travailleuses domestiques
Des domestiques dans le petit parc du quartier Aïn Chock, à Casablanca, au Maroc, en mai 2017. | PHOTO: GHALIA KADIRI
Malgré une loi de 2016 qui encadre cette activité, de nombreuses femmes de ménage restent prisonnières d’intermédiaires peu scrupuleux.
 
Derrière les marchands ambulants de fruits et légumes, un groupe de femmes se tient debout, têtes baissées. Chacune se demande si, aujourd’hui, elle sera sélectionnée. La scène se passe dans un petit parc du quartier Aïn Chock, dans le sud de Casablanca. Tous les matins, une dizaine de femmes vêtues de djellabas colorées campent dans ce jardin, espérant trouver du travail comme domestiques. Au fil de la matinée, des maîtresses de maison défilent. Elles viennent scruter et choisir leur nouvelle femme de ménage selon des critères de compétences, d’âge, et même physiques. Le tout sous le regard intraitable d’un dénommé « Michelin », qui organise et récolte les bénéfices de ce petit commerce.
 
Au Maroc, le métier de Michelin a un nom : « samsar ». Ce gagne-pain informel, dont le terme est impossible à traduire en français, consiste à jouer l’intermédiaire lors d’une transaction financière, en échange d’une commission. Très présents dans le secteur de l’immobilier, où ils font de l’ombre aux agents officiels, certains samsars se sont spécialisés dans le commerce de domestiques.
Un échange coûte 200 dirhams
 
Car si cette pratique peut s’apparenter à une simple activité de service, le réseau de recrutement ressemble davantage à un trafic, où les femmes de ménage deviennent prisonnières d’intermédiaires peu scrupuleux. En l’absence de contrat, elles sont privées de droits, sous-payées, parfois maltraitées. Les samsars en profitent également pour exploiter illégalement des « petites bonnes » alors que l’âge minimum des travailleuses domestiques est fixé à 16 ans.
 
Michelin est l’un des plus anciens. Dans les années 1980, alors qu’il tenait un four à pain traditionnel à Casablanca, il aidait ses clientes, en échange de généreux pourboires, à embaucher du personnel de maison. Après un séjour en prison pour des raisons restées obscures, il a décidé de se consacrer pleinement à cette activité fructueuse sous ce pseudonyme qu’il a toujours conservé.
Trente ans plus tard, l’homme de petite taille, brun, la cinquantaine, smartphone à la main, a fait du jardin d’Aïn Chock son lieu de travail, sans être inquiété par les autorités. Pour chaque femme qu’il place dans un foyer, Michelin touche 500 dirhams (45 euros) : 400 versés par l’employeur, 100 par la femme de ménage. Si le client n’est pas satisfait dans les trois mois, il propose de l’échanger pour 200 dirhams. « Il gagne au moins 20 000 dirhams par mois [plus de 1 800 euros], sans payer d’impôts ni aucun frais puisqu’il travaille en plein air », témoigne, d’un air amusé, un gardien posté non loin du jardin.
 
« Il nous vendait comme du bétail »
 
Des centaines de samsars interviennent à Casablanca. Dans des parcs, derrière une mosquée, à l’angle d’un boulevard, chacun contrôle son territoire. Sans compter ceux qui ne travaillent « que par WhatsApp » et par le circuit d’informateurs – gardiens de voiture ou d’immeubles – qui les alimentent. Cette activité, au départ essentiellement du bouche-à-oreille, est devenue un véritable métier dans une métropole où la population a atteint près de 6 millions d’habitants et où les besoins en services sont croissants. Pour gagner plus d’argent, les samsars ont tous la même ruse : rappeler les femmes de ménage au bout de quelques mois pour les placer ailleurs… et multiplier ainsi leurs commissions.
 
 
Fatima, 27 ans, est cuisinière chez un couple de quinquagénaires marocains. « Comme beaucoup de filles de la campagne, j’ai quitté mon village pour trouver du travail à Casablanca. En arrivant, à l’âge de 15 ans, j’ai connu un samsar », raconte-t-elle. Pendant près de dix ans, elle a enchaîné les emplois, à sa merci. « Il nous vendait comme du bétail : les maîtresses de maison venaient choisir selon leurs critères personnels. Elles prenaient des moches pour ne pas tenter leur mari coureur de jupons, ou demandaient au contraire des filles susceptibles d’être abusées. »
 
Parfois, les intermédiaires se déplacent dans les douars, au fin fond de la campagne marocaine, pour recruter des petites filles, illettrées. Ils promettent à leurs parents de les inscrire à l’école, en plus de leur travail. Mais une fois en ville, elles sont piégées. « Le samsar mentait au client sur mon âge, ajoute Fatima. De toute façon, personne ne cherchait à en savoir plus vu que je ne coûtais pas grand-chose » : 350 dirhams par semaine, sans sécurité sociale ni jour de congé. « Quand on débarque dans une grande ville et qu’on ne connaît personne, on n’a pas le choix, on leur fait confiance », explique la jeune femme, qui paraît plus vieille que son âge.
Concurrence des étrangères
 
Aujourd’hui, Fatima gagne deux fois plus. « Grâce à un couple qui respecte la loi », dit-elle. Depuis 2016, les travailleuses domestiques, autrefois exclues du code du travail, ont enfin des droits. La nouvelle loi exige un contrat de travail, qui ouvre l’accès à la protection sociale et garantit un salaire représentant 60 % du salaire minimum marocain (2 570 dirhams par mois). Le texte fixe à 18 ans l’âge minimum de travail, avec toutefois une période de transition de cinq ans pendant laquelle les filles de 16 à 18 ans peuvent travailler.
 
 
Même si les nouvelles dispositions ne sont pas suffisantes aux yeux des associations locales, la loi a encouragé un nouveau marché en dehors du réseau informel. Plusieurs agences de recrutement légales ont vu le jour. « Nous proposons un service avec contrat et engagement de prestation, qui protège à la fois les travailleuses domestiques et l’employeur », indique Salma Khadiri, gérante de l’agence de recrutement Bayti Help, une des premières installées au Maroc. L’agence propose des prix identiques à ceux pratiqués par les intermédiaires traditionnels. « Les samsar sont toujours actifs dans les rues, mais nous ne sommes pas concurrents. Leur clientèle ne veut pas payer le salaire minimum et ne respecte pas les employées », affirme Salma Khadiri.
Dans la rue, les samsars redoutent en réalité d’autres concurrents : les recruteurs étrangers. Au Maroc, de plus en plus de familles embauchent des femmes de ménage asiatiques et subsahariennes. Zineb, 38 ans, emploie une Sénégalaise depuis deux ans, recrutée par l’intermédiaire de Marc, un Ivoirien. Il propose des domestiques ivoiriennes, sénégalaises, camerounaises et gambiennes, avec ou sans papiers, pour 1 200 dirhams par mois. « C’est toujours mieux payé qu’au pays », se justifie l’Ivoirien de 35 ans. Zineb n’a pas hésité : « Elle parle français, coûte moins cher qu’une Marocaine et ne prend jamais de congé, même pendant les fêtes religieuses. Le choix était vite fait. »
 
Les employées philippines, prisées mais brimées
 
Raina (son prénom a été modifié) a laissé ses cinq enfants à Manille. Depuis un an et demi, cette Philippine de 42 ans est employée de maison chez une riche famille de Rabat. Comme dans les pays du Golfe où la main-d’œuvre asiatique est très recherchée, les femmes de ménage philippines sont de plus en plus demandées par la bourgeoisie marocaine. Jugées plus discrètes et obéissantes que les Marocaines, elles sont aussi appréciées pour leur maîtrise de l’anglais.
 
« Elles apprennent la langue aux enfants, explique une Marocaine qui a engagé une Philippine il y a bientôt deux ans. Et puis il ne faut pas se mentir, c’est une façon de frimer dans notre petit milieu. Au Maroc, nous avons un complexe : tout ce qui est étranger est forcément mieux ! » Mais frimer a un prix : 400 dollars par mois (350 euros). C’est le salaire minimum imposé par le gouvernement philippin pour lutter contre la précarité des travailleurs étrangers, après les nombreux scandales au Moyen-Orient liés à la « Kafala » (un système de parrainage qui enchaîne l’employé à son patron).
 
Comme Raina, les domestiques philippines sont recrutées sous contrat de deux ans par des agences officielles qui se chargent de faire le lien entre les deux pays. L’agence envoie aux futurs employeurs une liste de dix CV avec la photo, la taille, le poids et la religion de la femme de ménage. Lorsqu’ils ont choisi, les clients payent 3 500 dollars pour le billet d’avion, les frais de visa et la commission de l’agence. Une fois la domestique arrivée, ils doivent confisquer son passeport et ne jamais la laisser sortir sans surveillance. « Pas un jour de congé en deux ans », se lamente Raina.
 
Les recruteurs justifient cette mesure stricte par des raisons de sécurité, afin d’empêcher les travailleuses de s’enfuir. Pour elles, le séjour au Maroc se transforme en cauchemar. « Je ne peux ni me reposer, ni aller à l’église. Je n’ai même pas de connexion Internet pour joindre mes enfants », regrette Raina. En acceptant l’offre d’emploi, les Philippines connaissent les risques. « On fait le sacrifice pendant deux ans pour gagner un maximum d’argent et aider notre famille restée sur place », révèle Raina, dont le contrat s’achève dans quelques mois.
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »
Mer 17 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ENTRETIEN. Pour cet ex-directeur de la régie d'assainissement de Kinshasa, le changement climatique n'est pour rien dans les inondations meurtrières récemment connues par la capitale congolaise. Explications.   Un deuil national de deux jours a été... Lire la suite >

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »
Mer 17 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, la polémique sur les « pays de merde » ne doit pas masquer le véritable enjeu : les politiques migratoires des Etats-Unis et de l’Europe.   Chronique. Après les Noirs, les musulmans, les Latinos, les femmes, les homosexuels,... Lire la suite >

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le « Washington Post », il a tenu ces propos alors qu’il recevait plusieurs sénateurs pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial.     « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent... Lire la suite >

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Il revient à l’ancienne star du football, élu fin décembre 2017 à la tête du pays, de ne pas brader la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat.   Analyse. L’élection de George Weah à la présidence... Lire la suite >

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ancien caïd de banlieue est devenu un intermédiaire international de haut vol en soignant ses relations avec les pouvoirs gabonais, libyen, congolais ou algérien.   Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté... Lire la suite >

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Depuis sa prise de fonction en septembre 2017, le président Joao Lourenço a commencé à démanteler l’empire politico-financier bâti par son prédécesseur.   Le président angolais Joao Lourenço a démis de ... Lire la suite >

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride
Jeu 11 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

Le nouveau dignitaire a été choisi dans la nuit. Le président Macky Sall est arrivé à Touba pour présenter aux croyants les condoléances de la nation.   C’est dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 janvier que l’un des... Lire la suite >

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur
Jeu 11 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Nigeria, les autorités ont saisi le mois dernier, près de 115 tonnes de médicaments interdits au port de Lagos. Il s'agit, selon les autorités, de six conteneurs remplis de Tramadol, un antidouleur, dont la vente est limitée et contrôlée à... Lire la suite >

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres
Mer 10 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’homme d’affaires a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur un possible financement du régime libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.   Depuis le 7 septembre 2016, date d’une convocation... Lire la suite >

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana
Mer 10 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Elles s'appellent Farmerline, CowTribe ou Ghalani : ce sont des applications 100 % agricoles qui permettent au pays d'inventer l'agriculture de demain. Découverte.   Voilà une solution numérique qui répond à l'une des incantations actuelles... Lire la suite >

"Que les médiocres dégagent": Mgr Monsengwo, la bête noire de Kabila

Mar 09 Jan 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'archevêque de Kinshasa Laurent Monsengwo, figure de la puissante Eglise congolaise et du Vatican, ressort la carte du défi frontal au pouvoir en ce début d'année 2018 cruciale pour la République démocratique du Congo, un an après la médiation... Lire la suite >

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne
Mar 09 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Le président sénégalais, Macky Sall a décrété deux jours de deuil à partir de ce lundi à la mémoire des 13 jeunes tués samedi dans une forêt protégée de Casamance. Une délégation ministérielle... Lire la suite >

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée après l'attaque perpétrée ce samedi à Boffa et attribuée à des éléments armés supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC). ... Lire la suite >

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

La Loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique (AGOA) permet aux pays d'Afrique subsaharienne qui en bénéficient d'exporter sur le marché américain sans droit de douanes. Avec l'administration Trump, l'esprit de solidarité... Lire la suite >

Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »

 Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »
Sam 06 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le colonel Auguste Denise Barry est accusé d’avoir mis en place un mouvement insurrectionnel pour déstabiliser le régime actuel.   Après deux ans et demi d’ombre, le colonel Auguste Denise Barry revient dans la lumière, malgré lui.... Lire la suite >

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes
Sam 06 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Éradiquer la corruption dans la vie publique du Ghana était l'une des promesses majeures du président Nana Addo-Akufo. Où en est-il aujourd'hui ?   Le débat sur la lutte contre la corruption est relancé au Ghana. Il bat même son... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

LYNAYS-Concepteur de solutions énergétiques
Jeu 26 Oct 2017 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS