NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

L’épopée maudite de Yacouba, migrant sénégalais réduit plusieurs fois en esclavage en Libye


L’épopée maudite de Yacouba, migrant sénégalais réduit plusieurs fois en esclavage en Libye
Des migrants au large des côtes libyennes, le 18 juin 2017. | PHOTO: STEFANO RELLANDINI/REUTERS
Finalement échoué sur la côte tunisienne, le jeune homme a tenté quatre fois la traversée vers l’Europe. A chaque échec, retour à la case prison « privée ».
 
Yacouba Badji a ce mot terrible, accablant, pour évoquer sa traversée de la Libye : « C’est pire que l’époque de l’esclavage colonial. » Le jeune Sénégalais de 21 ans, maillot de corps blanc et nattes naissantes, s’interrompt parfois dans son récit, gorge nouée et œil humide. Il est assis sur une chaise en bois du foyer d’accueil du Croissant-Rouge à Médénine, ville du sud-est de la Tunisie, non loin de la frontière avec la Libye. Là, il peut souffler, se remettre d’aplomb, ramasser ses pensées vers un avenir des plus incertains. Il est encore en vie, c’est déjà l’essentiel.
 
Fin mai, le Zodiac au moteur cassé à bord duquel il avait pris place en compagnie de 125 autres migrants (une femme périra en mer), a dérivé jusqu’à Zarzis, au sud de Djerba. L’embarcation avait quitté deux jours plus tôt la ville libyenne de Sabratha, la principale plate-forme de départs vers l’Italie, où affluent chaque semaine jusqu’à 3 000 candidats au rêve européen. Le Zodiac de Yacouba a raté sa course, dérouté par des courants vers la côte tunisienne. Ses occupants peuvent s’estimer heureux d’avoir échappé au naufrage. A Zarzis, les flots rabattent chaque semaine sur les plages des cadavres de migrants noyés en mer.
 
« Un peu plus chers que les moutons »
 
Yacouba est originaire de la Casamance, au sud du Sénégal. Il a vécu un temps en Gambie voisine, où il a acquis une formation : les techniques du froid. Mais, raconte-t-il, sa « situation familiale était terrible » – son père avait été « assassiné en Casamance » – et il mûrit vite le projet de s’exiler en Europe, pour « perfectionner [sa] formation ». Il commence par se rendre au Mali, où on le met en garde : « Tu as intérêt à avoir de bons passeurs. Sinon, on te vendra sur les marchés comme un animal. »
Voilà Yacouba averti. Il ne pouvait pourtant imaginer ce qui l’attendait en Libye dès la frontière avec le Niger franchie, au cœur de l’été 2016. Ce ne fut qu’un enchaînement maudit de violences, de détentions arbitraires, d’enlèvements et de rackets, livré aux mains de trafiquants et autres gangs criminels. « Un animal de marché », « acheté » et « revendu », Yacouba a été ravalé à ce rang-là durant cette sinistre traversée. « On est simplement un peu plus chers que les moutons, ajoute-t-il. Je n’oublierai jamais. »
 
 
Dès l’entrée en Libye, Yacouba et ses compagnons de voyage sont détroussés, forcés – sous la menace de coups – de vider leurs poches de leur téléphone portable et de ce qu’il leur reste d’argent. Un avant-goût de ce qui s’annonce à Sabha, la principale ville de la région méridionale du Fezzan, oasis au cœur du désert. Là, le chauffeur prétend ne pas avoir été payé – alors que Yacouba avait déjà réglé à un passeur 200 000 francs CFA (300 euros) pour le trajet Agadez (Niger)-Sabha (Libye).
 
« Comme un esclave »
 
Le jeune Sénégalais se retrouve détenu dans une maison « bien protégée », aux murs hérissés de fil de fer barbelé. C’est une prison privée. Le procédé est coutumier : les migrants sont « vendus » à des geôliers qui se chargent de leur soutirer de l’argent. Sous les coups et les violences, les détenus sont sommés d’appeler au téléphone leur famille afin de les supplier d’acheter – à distance – leur libération.
 
Mais Yacouba n’a personne parmi sa famille ou ses amis susceptible de payer. Seule solution : s’enfuir. Une nuit, à 3 heures du matin, alors que les gardes dorment, lui et ses cinq compagnons d’infortune – un Sénégalais et quatre Nigérians – défoncent les portes et disparaissent dans le désert. Un septième détenu périra durant l’évasion. Les fuyards se retrouvent quelques jours plus tard dans une ville voisine, Brak Al-Shati. Durant cinq semaines, Yacouba lourera ses bras pour installer des climatiseurs. Il a de la chance, son employeur lui verse son dû. « Pour beaucoup d’autres, on les paie à peine, dit-il. S’ils protestent, on les frappe. C’est comme du travail forcé. »
 
 
Le pire est à venir. Avec son pécule de Brak Al-Shati, Yacouba poursuit sa route jusqu’à Sabratha, l’une des villes côtières de la Tripolitaine (ouest), principale plate-forme de départs, ultime halte avant le grand saut de la Méditerranée : l’île italienne de Lampedusa n’est qu’à 300 km. Le jeune Sénégalais passera à Sabratha huit mois « comme un esclave ». Il patiente dans un camp où les différentes filières de passeurs concentrent des milliers de migrants. Campo Bahar, le « camp de la mer » : ainsi est dénommé le lieu. Yacouba a payé 1 500 dinars libyens (180 euros) pour l’équipée vers Lampedusa. En octobre 2016, la première sortie en mer, à bord d’un Zodiac, est un échec.
 
Théâtre de tous les trafics
 
Les garde-côtes libyens l’interrompent sans tarder. Les occupants se retrouvent dans un centre de détention de Zaouïa, une ville voisine. Géré officiellement par les autorités de Tripoli, le centre est en fait le théâtre de tous les trafics. Yacouba achète sa libération au tarif de 500 dinars (62 euros) que règle son passeur, un Sénégalais comme lui. « En attendant le paiement, les gardiens me frappaient », raconte-t-il.
Libre, Yacouba retourne au Campo Bahar de Sabratha. Deux mois plus tard, une deuxième tentative de sortie avorte : une fuite d’eau dans le Zodiac et la météo défavorable contraignent le canot au retour. L’échec provoque la colère du groupe armé qui avait supervisé le départ. A titre de sanction, le migrant à qui avait été confié le pilotage du Zodiac est « assassiné », se souvient Yacouba, et celui qui détenait la boussole et le téléphone satellite – destiné à appeler les navires de secours en mer – violemment tabassé.
 
 
Pour Yacouba, il faut encore patienter au camp de Sabratha. La chance n’est décidément pas de son côté : une troisième tentative de sortie en mars échoue à nouveau. Cette fois, le Zodiac est intercepté au large par des hommes armés chevauchant des jet-skis qui le ramènent sur la plage, non sans avoir subtilisé le canot et le moteur. Yacouba découvre à cette occasion que ces « bandits à scooter » des mers, phénomène apparu récemment, bloquent toute embarcation qui ne leur a pas payé de dîme.
 
« Des animaux sauvages »
 
A terre, les occupants du Zodiac se retrouvent une fois encore dans un centre de détention, établissement officiel formellement géré par Tripoli. Yacouba n’y reste pas longtemps. Il est en quelque sorte « revendu » à une prison privée. Là, selon la « coutume » désormais bien établie, on le somme d’appeler sa famille afin de régler les 150 000 francs CFA (228 euros) pour prix de sa liberté. Ainsi peut-il rejoindre à nouveau la base de départs de Sabratha. Mais il lui faut repayer 800 dinars (100 euros) pour un nouveau départ en mer.
 
 
La quatrième tentative, fin mai, sera moins calamiteuse : parti au cœur de la nuit, le Zodiac, où ont pris place 126 personnes, parvient à franchir les eaux internationales. Seul incident : des pêcheurs sur un chalutier croisé – d’une nationalité indéterminée – brandissent un couteau et menacent de crever le canot si les migrants ne paient pas le droit de passer. Les Africains – des Sénégalais, des Ivoiriens, des Gambiens, des Nigérians, etc. – harassés, épuisés et déjà complètement détroussés, trouveront de quoi rassembler quelques piécettes, ultime rançon. Ils franchissent l’obstacle. Mais Lampédusa, leur rêve, s’est évanoui. Le moteur a rendu l’âme et le courant rabat le Zodiac sur la côte tunisienne de Zarzis où les volontaires du Croissant-Rouge les prennent en charge.
Assis sur sa chaise du foyer de Médénine, Yacouba répète : « C’était encore pire que l’esclavage colonial. A tout moment, vous pouvez mourir en Libye. On se demande s’ils sont vraiment des êtres humains, s’ils ont des valeurs. Ils se comportent avec nous comme des animaux sauvages. » L’Europe, il y a cru, il continue d’y croire, mais il regrette d’avoir tenté cette traversée de la Libye. « A mes frères, je dis : “Si vous voulez rejoindre l’Europe, éviter la Libye, allez-y par d’autres moyens”. »
 
 
 
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »

RD Congo - Emmanuel Biey : « L'anarchie à tous les niveaux »
Mer 17 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

ENTRETIEN. Pour cet ex-directeur de la régie d'assainissement de Kinshasa, le changement climatique n'est pour rien dans les inondations meurtrières récemment connues par la capitale congolaise. Explications.   Un deuil national de deux jours a été... Lire la suite >

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »

« Le tri des migrants devrait davantage intéresser nos dirigeants que la dernière outrance de Trump »
Mer 17 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour notre chroniqueur, la polémique sur les « pays de merde » ne doit pas masquer le véritable enjeu : les politiques migratoires des Etats-Unis et de l’Europe.   Chronique. Après les Noirs, les musulmans, les Latinos, les femmes, les homosexuels,... Lire la suite >

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »

Trump traite Haïti et des nations africaines de « pays de merde »
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le « Washington Post », il a tenu ces propos alors qu’il recevait plusieurs sénateurs pour évoquer un projet proposant de limiter le regroupement familial.     « Pourquoi est-ce que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent... Lire la suite >

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique

Au Liberia, le nouveau président Weah comptable d’un beau moment démocratique
Sam 13 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Il revient à l’ancienne star du football, élu fin décembre 2017 à la tête du pays, de ne pas brader la confiance, ni les espoirs placés en lui par l’électorat.   Analyse. L’élection de George Weah à la présidence... Lire la suite >

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri

Les réseaux africains de « Monsieur Alexandre » Djouhri
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

L’ancien caïd de banlieue est devenu un intermédiaire international de haut vol en soignant ses relations avec les pouvoirs gabonais, libyen, congolais ou algérien.   Dimanche 7 janvier, la police britannique est convaincue que l’homme qu’elle a arrêté... Lire la suite >

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain

En Angola, le fils de l’ex-président Dos Santos limogé du fonds d’investissement souverain
Ven 12 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Depuis sa prise de fonction en septembre 2017, le président Joao Lourenço a commencé à démanteler l’empire politico-financier bâti par son prédécesseur.   Le président angolais Joao Lourenço a démis de ... Lire la suite >

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride

Au Sénégal, décès du septième calife général de la confrérie mouride
Jeu 11 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Culture

Le nouveau dignitaire a été choisi dans la nuit. Le président Macky Sall est arrivé à Touba pour présenter aux croyants les condoléances de la nation.   C’est dans la nuit de mardi 9 à mercredi 10 janvier que l’un des... Lire la suite >

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur

Le succès du Tramadol en Afrique de l'Ouest, un dangereux antidouleur
Jeu 11 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Au Nigeria, les autorités ont saisi le mois dernier, près de 115 tonnes de médicaments interdits au port de Lagos. Il s'agit, selon les autorités, de six conteneurs remplis de Tramadol, un antidouleur, dont la vente est limitée et contrôlée à... Lire la suite >

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres

Soupçons de financement libyen : Alexandre Djouhri, proche de Sarkozy, placé en garde à vue à Londres
Mer 10 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’homme d’affaires a été arrêté dans le cadre de l’enquête sur un possible financement du régime libyen de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.   Depuis le 7 septembre 2016, date d’une convocation... Lire la suite >

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana

Afrique : ces applications agricoles qui boostent le Ghana
Mer 10 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Elles s'appellent Farmerline, CowTribe ou Ghalani : ce sont des applications 100 % agricoles qui permettent au pays d'inventer l'agriculture de demain. Découverte.   Voilà une solution numérique qui répond à l'une des incantations actuelles... Lire la suite >

"Que les médiocres dégagent": Mgr Monsengwo, la bête noire de Kabila

Mar 09 Jan 2018 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'archevêque de Kinshasa Laurent Monsengwo, figure de la puissante Eglise congolaise et du Vatican, ressort la carte du défi frontal au pouvoir en ce début d'année 2018 cruciale pour la République démocratique du Congo, un an après la médiation... Lire la suite >

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne

Sénégal: un des survivants de la tuerie en Casamance témoigne
Mar 09 Jan 2018 | Source : RFI ... | dans Autres Actus

Le président sénégalais, Macky Sall a décrété deux jours de deuil à partir de ce lundi à la mémoire des 13 jeunes tués samedi dans une forêt protégée de Casamance. Une délégation ministérielle... Lire la suite >

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?

Sénégal : la Casamance va-t-elle à nouveau s'enflammer ?
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La question mérite d'être posée après l'attaque perpétrée ce samedi à Boffa et attribuée à des éléments armés supposés appartenir au Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC). ... Lire la suite >

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA

Afrique-États-Unis : le message sans ambigüité de Trump sur l'AGOA
Lun 08 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

La Loi sur la croissance et les opportunités de développement en Afrique (AGOA) permet aux pays d'Afrique subsaharienne qui en bénéficient d'exporter sur le marché américain sans droit de douanes. Avec l'administration Trump, l'esprit de solidarité... Lire la suite >

Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »

 Au Burkina Faso, un ancien ministre de la sécurité inculpé « d’atteinte à la sûreté de l’Etat »
Sam 06 Jan 2018 | Source : lemonde.fr ... | dans Politique

Le colonel Auguste Denise Barry est accusé d’avoir mis en place un mouvement insurrectionnel pour déstabiliser le régime actuel.   Après deux ans et demi d’ombre, le colonel Auguste Denise Barry revient dans la lumière, malgré lui.... Lire la suite >

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes

Lutte contre la corruption : Accra prend le taureau par les cornes
Sam 06 Jan 2018 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Economie

Éradiquer la corruption dans la vie publique du Ghana était l'une des promesses majeures du président Nana Addo-Akufo. Où en est-il aujourd'hui ?   Le débat sur la lutte contre la corruption est relancé au Ghana. Il bat même son... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

LYNAYS-Concepteur de solutions énergétiques
Jeu 26 Oct 2017 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS