NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

Afrique: «l’émergence n’est ni un plan, ni un produit»


Afrique: «l’émergence n’est ni un plan, ni un produit»
Alioune Sall est le directeur exécutif de l’Institut des futurs africains, un think tank panafricain qu’il a fondé en 2003 à Pretoria. | PHOTO: DR
Alioune Sall est un des grands noms de la prospective en Afrique. En Afrique du Sud, où il est le directeur exécutif de l’Institut des futurs africains, un think tank panafricain qu’il a fondé en 2003 à Pretoria, ce docteur en sociologie de 64 ans appuie en tant qu’expert les programmes de prospective lancés sur le continent, de la Zambie au Togo. Son principal ouvrage, «Africa 2025: What Possible Futures for Sub-Saharan Africa?», (Unisa Press, Pretoria, 2003), préfacé par Thabo Mbeki, successeur de Nelson Mandela à la présidence de l’Afrique du Sud.
 
Pourquoi avoir quitté le PNUD, le programme des Nations unies pour le développement, pour lancer un think tank à Pretoria ? 
 
Après avoir dirigé de 1997 à 2003 à Abidjan un projet régional du PNUD d’appui aux pays souhaitant se lancer dans la prospective, cofinancé par la Banque mondiale et la Banque africaine de développement, la BAD, qui étaient censées être partenaires, j’ai pensé qu’il serait utile de pérenniser la démarche hors des institutions... Je cherchais à ne pas être victime des effets de mode en cours dans les agences de développement. Je sentais venir d’autres « flavor of the day » [« goûts du jour », ndlr]. Il me semblait aussi que l’Afrique devait avoir une capacité d’anticipation et de prospective qui lui soit propre. Avec le PNUD, sans lui ou contre lui si nécessaire.
 
Pourquoi « contre le PNUD si nécessaire » ?
 
Le think tank s’est construit sur les actifs intellectuels du projet régional du PNUD, au départ très axé sur l’économie. En créant l’Institut des futurs africains, j’ai voulu explorer des champs plus larges, aussi bien dans la culture que dans l’environnement, la technologie, la politique et les aspects sociaux. L’objectif est de tenter de comprendre les dynamiques de transformation à l’œuvre, en repérant les invariants, les facteurs de changement, les acteurs, leurs stratégies et les incertitudes qui y sont liées. Ensuite, on construit des scénarii pour identifier les « familles » d’avenir possibles.
 
Combien d’employés avez-vous à Pretoria ?
 
Sept permanents, mais notre institut se trouve au cœur d’un réseau panafricain de plus de 2000 experts qui se préoccupent d’économie, de démographie, de sociologie, de politique, de géographie et de statistique. Nous formons des cadres dans tous les pays où nous intervenons. L’Institut sert de support à ce réseau et fonctionne comme un secrétariat sans bureaucratie pérenne. Les cadres que nous formons ne sont pas seulement gouvernementaux. Ils appartiennent aussi à la société civile et au secteur privé. Car la nation, c’est plus que le gouvernement !
 
Que peut-on attendre de la prospective ?
 
La démarche entraîne un débat d’où peut naître un appétit pour le futur et la volonté de sortir de la dictature de l’urgence qui a longtemps servi de planification au développement. Quel est notre projet ? Nous agissons tous en fonction de projets ou de représentations de l’avenir, qui sont rarement formulés de façon explicite et mis sur la table pour faire débat. Notre objectif, au final, est de participer à la démocratisation des sociétés africaines, en proposant des lectures du présent et des dynamiques par lesquelles nous en sommes arrivés là. Nous allons au-delà de la photographie, de l’instantané que produisent les rapports annuels de nombreuses institutions, pour comprendre le mouvement de fond qui produit les vagues, derrière l’écume des flots. La prospective, c’est se demander ce qui change et ce qui va changer, en pointant les acteurs possibles du changement. Et surtout, en espérant qu’il en sortira quelque chose !
 
Quels scenarii avez-vous élaboré et qui se sont par la suite confirmés ? Aviez-vous vu venir la crise au Mali, par exemple ?
 
Nous avions vu venir le coup d’Etat de 1999 en Côte d’Ivoire, quatre ans avant qu’il ne se produise, dans un scénario pessimiste intitulé Le suicide du scorpion. Les autorités de l’époque avaient pris notre scénario le plus optimiste pour en faire leur programme, sans prendre en compte nos hypothèses plus sombres, qui se sont réalisées. En Guinée-Bissau, nous avions aussi vu venir le putsch, dans un scénario pessimiste intitulé Il n’y a pas de solution. Au Mali, la crise de l’Etat et l’incapacité de l’Etat à créer une Nation était déjà évidente dès les années 2 000. Des scenarii élaborés dès la fin des années 1990 dans le cadre de « Mali 2025 » avaient vu la possible propagation d’une idéologie séparatiste, qui irait jusqu’à voir le nord du pays prendre ses distances - voire son indépendance.
 
Vos conclusions ont-elles eu un effet quelconque ?
 
Les signes avant-coureurs de crises n’ont pas été suffisamment pris en compte. Dans ces trois exemples, si l’on avait fait un usage plus intelligent de la prospective, on aurait vu que les conditions menant aux scenarii possibles étaient déjà réunies, pour se donner les moyens de les écarter ou de les surmonter. En Côte d’Ivoire, nous avions montré dans notre pire scénario qu’une crise interne de gouvernance susceptible de se produire lors d’un choc externe de baisse des cours du café et du cacao pouvait avoir de graves conséquences. C’est ce qui s’est produit, et les responsables ivoiriens n’avaient pas les leviers de décision sur les cours des matières premières, mais ils les avaient en matière de gouvernance. Dans le cas du Mali comme de la Côte d’Ivoire, les deux variables importantes portaient sur le projet de construction d’une nation et d’un Etat. Dans les deux cas, les échecs étaient flagrants. Les Etats postcoloniaux n’ont jamais su gérer une nation. Héritiers d’une tradition jacobine française, ils ne savent ni gérer la diversité ni quelle place accorder à des acteurs non étatiques.
 
Que pensez-vous des plans « d’émergence » qui fleurissent un peu partout, alors que les infrastructures de base ne sont pas toujours existantes ?
 
Les plans d’émergence sont élaborés par des leaders qui sont en fait des dealers. Ils vendent des projets ! L’émergence n’est ni un plan, ni un produit que l’on va vendre pour trouver des financements, mais un processus de transformation de l’économie, de la société et de la culture. On ne peut pas assigner à l’émergence un horizon temporel précis. Nulle part les choses ne se sont déroulées ainsi.
 
Quid de l’agenda « Afrique 2063 », élaboré en 2013 par l’Union africaine ?
 
Je suis assez réservé sur cet agenda. A mon sens, il est timoré dans la mesure où il propose un scénario normatif sans avoir assez exploré les autres alternatives. Il repose sur une hypothèse des plus contestables, qui relève d’une forme de paresse, voire de couardise intellectuelle. Il part en effet du principe que la globalisation est bénéfique à l’Afrique et que l’avenir n’est garanti que si l’Afrique s’insère plus dans l’économie mondiale. Or, rien ne nous garantit que la globalisation dure cinquante ans encore, sous une seule forme qui serait tirée par la finance et la technologie. D’autres formes de globalisation sont négociées aujourd’hui, entraînées par les peuples et des projets de société.
 
Quels sont les modèles de développement à suivre en Afrique ? L’île Maurice, le Rwanda, le Botswana ?
 
Je suis toujours réticent à citer des pays comme modèles. Chaque expérience n’est qu’une tentative et ne se présente pas comme un modèle à suivre, pas plus en Afrique qu’ailleurs dans le monde. Que vaut l’exemplarité d’un pays qui passe pour un modèle, où le même parti est au pouvoir depuis 50 ans, où il n’y a pas eu d’alternance démocratique et où un fils d’un chef est président, après avoir été général et chef de son parti ?

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année

En Libye, les corps de 62 migrants repêchés après le « pire » naufrage de l’année
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Le nombre de migrants présents à bord de l’embarcation ayant coulé dans la nuit de mercredi à jeudi demeure incertain, les chiffres fluctuant selon les sources.   Les corps de 62 migrants ont été repêchés vendredi 25 juillet... Lire la suite >

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »

Ebola en RDC : le ministre de la santé démissionnaire révèle « les tentatives d’introduction illégale d’un vaccin expérimental »
Lun 29 Juil 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Dans la lettre de départ qu’il a adressée au chef de l’Etat congolais, Oly Ilunga dénonce les « pressions de toutes parts » qu’il a subies.   Il puise dans le champ lexical militaire pour décrire la délicate lutte en cours... Lire la suite >

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent

Dans un Cameroun en proie aux crises, les prisons s'échauffent
Jeu 25 Juil 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Des prisonniers qui dorment à même le sol, des rations alimentaires insuffisantes, des conditions d'hygiène déplorables: dans les prisons camerounaises, l'augmentation du nombre de détenus politiques et de séparatistes anglophones détériore... Lire la suite >

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays

Mali : comment l'insécurité affecte le « grenier à riz » du pays
Mer 24 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

L'Office du Niger, très prisé par les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs, est le plus grand aménagement hydro-agricole d'Afrique de l'Ouest. Il subit de plein fouet les conséquences des dégradations opérées par les ... Lire la suite >

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie

Cameroun : comment la Suisse a poussé le président Paul Biya vers la sortie
Mer 10 Juil 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

Las des manifestations et incidents à répétition provoqués par la présence du président camerounais à Genève, la Confédération l'a encouragé à quitter le pays.   Paul Biya et son épouse Chantal... Lire la suite >

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?

La Zlec est-elle vraiment une chance pour l’Afrique?
Mer 10 Juil 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Autres Actus

Une cinquantaine de chefs d’État et de gouvernement se réunissent ce 7 juillet à Niamey, au Niger, pour célébrer solennellement l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (Zlec) qualifiée par le chef de... Lire la suite >

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame

Un roi ivoirien vole au secours de la cathédrale Notre-Dame
Mer 12 Juin 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

C'est fait!": Amon N'Douffou V, roi du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d'Ivoire, a apporté sa contribution à la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris, récemment ravagée par un incendie. Louis Aniaba, un prince de ce royaume,... Lire la suite >

Massacre au Mali : la déflagration guette

Massacre au Mali : la déflagration guette
Mer 12 Juin 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

REVUE DE PRESSE. Après une énième attaque meurtrière dans le centre, la presse africaine exhorte l'État malien à réagir avant qu'une guerre civile ne se déclare.   Le Mali pleure une nouvelle fois ses morts. Six mois après... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS