NewAstv, plus qu'un médium, un compagnon
New AsTV: Une bonne communication grâce au professionnalisme d'une équipe
New AsTV: Vous y êtes, ne naviguez plus
New AsTV pour mieux communiquer en diplomatie
New AsTV: Savourez votre plaisir à communiquer
New AsTV: Ne vous en laissez pas compter
New AsTV: Vous êtes au cœur de l'événement
New AsTV, et la coopération bilatérale devient facteur de développement des peuples
New AsTV: Notre concept, la communication en partage
New AsTV: Partenaire au développement culturel africain

A la frontière franco-italienne, l’incessant va-et-vient des migrants refoulés


A la frontière franco-italienne, l’incessant va-et-vient des migrants refoulés
La police italienne évacue des migrants installés dans des campements entre Vintimille et Menton, près de la frontière, le 16 juin. | PHOTO: ERIC GAILLARD / REUTERS
« C’est le comité d’accueil qui arrive », scande fièrement un CRS en entrant sur le quai de la gare Menton-Garavan. Cette petite station située entre la ville italienne de Vintimille et Menton, coincée entre les falaises et la Méditerranée, est devenue le point d’arrêt de beaucoup d’Africains, venus d’Erythrée ou du Soudan.
 
Vendredi 19 juin, à Garavan, deux estafettes de CRS attendent de pied ferme le train de 7 h 7. Mêlés aux frontaliers italiens allant travailler en France, deux jeunes hommes sont rapidement escortés sur le quai par les forces de l’ordre. Pas un mot n’est échangé. Le groupe se dirige lentement vers un gradé qui demande aux deux hommes de vider leurs poches avant de noter quelques mots sur son calepin. « Ils arrivent avec les camions », dit-il. « Ils », ce sont les douaniers. Ils viennent chercher les deux hommes, maintenant installés dans un Renault Trafic blanc banalisé ; direction le « bureau des douanes françaises ».
 
Derrière ce vieux bâtiment de douaniers qui surplombe la Méditerranée, deux Algéco encerclés par des barrières de chantier font office de centre provisoire de rétention. Le balai continu d’estafettes blanches y amène des migrants par 4 ou 5, hommes et femmes, tous plutôt jeunes. Certains sont maintenant assis sur les gravillons éparpillés devant leurs logements de fortune. Et ils attendent. Il n’y aura bientôt plus de place. Un policier les surveille depuis un fourgon, porte ouverte. « Ils vont être amenés au centre de coopération franco-italien [situé à quelques centaines de mètres], et les Italiens viendront les récupérer, explique-t-il. « Il y en a beaucoup en ce moment, mais c’est normal, vu le dispositif ». Qui consiste en un triste retour à l’envoyeur.
 
A Vintimille, le va-et-vient des migrants
 
A quelques kilomètres de là, devant la gare de Vintimille, côté italien, plusieurs centaines de migrants attendent, eux aussi, impassibles, près des carabiniers italiens ou à l’ombre sous le car port de la gare. La Croix-Rouge italienne et des bénévoles de l’Unicef passent de groupe en groupe.
 
Hassan est arrivé il y a deux mois. Ce Soudanais de 32 ans a quitté son pays il y a deux ans, y laissant sa femme. « Il n’y a pas de liberté là-bas (…). Je ferai tout ce que je peux pour passer en France. Je vais patienter. » Au Darfour, il a vu son père se faire tuer, dit-il. En passant par la Libye, il a été le témoin de bagarres, de kidnappings, de la mort de certains de ses compagnons de voyage.
Dans le hall de la gare presque vide, un groupe d’hommes tente d’acheter des billets de train dans une borne automatique, sans succès. Sur la gauche, une trentaine de personnes sont installées sur le sol d’un large couloir. En face de celui-ci, près d’un photomaton, d’autres migrants partagent un plus petit couloir avec des SDF.
 
A 20 h 30, le hall de la gare s’anime. Un train va partir à 20 h 52 vers la France. Au même moment, un train arrive de Rome. Ils sont plusieurs migrants à en sortir. « Il y a tous les jours entre 50 et 100 nouveaux migrants », affirme un cheminot italien qui souhaite garder l’anonymat. Dans le train provenant de Milan qui va arriver plus tard dans la soirée, « on sait qu’il y a entre 25 et 30 migrants », dit-il. « C’est tous les jours comme ça. Ils vont essayer de passer la frontière, mais la police française va les arrêter à Menton et les ramener ici en bus, ou simplement à la frontière, et c’est la police italienne qui les ramènera ici. »
 
Un migrant prie sur une plage à la frontière entre la France et l'Italie, le 17 juin.
 
« Un jour, ils vont rouvrir la frontière »
 
Le soleil se couche. C’est l’heure de rompre le jeune du ramadan. Une prière s’organise sur la route à l’endroit où certains jouaient au foot. Un autre homme s’est isolé et prie agenouillé sur un bout de carton. D’autres se sont déjà réunis pour manger.
Saïd a rencontré Hassan en Libye. Il vient du Darfour lui aussi. Mais, contrairement à Hassan, la France n’est pour lui qu’une étape vers l’Angleterre. Il a déjà essayé de passer la frontière. « Je vais repasser en train. Un jour, ils vont rouvrir la frontière et je pourrai aller jusqu’à Nice, puis Paris. De là, je partirai vers l’Angleterre. » Plus tard dans la soirée, les plus déterminés tentent leur chance dans le train de 21 h 50 ou celui de 22 h 40. Hassan et Saïd n’en sont pas.
 
Des migrants dorment dans un campement installé sur une plage, entre Vintimille et Menton.
 
Depuis lundi, la frontière entre l’Italie et la France sur la route côtière a changé d’aspect. Après le grand portique qui sert de poste frontière, se massent des estafettes de la gendarmerie française, de la douane, des carabiniers italiens, puis les véhicules de la Croix-Rouge et d’autres organisations d’aide aux réfugiés.
 
Et entre le muret bordant le littoral et la route, des barrières de chantier. Côté français, la plage est pleine de ses habituels baigneurs et vacanciers. Côté Italien, les parasols sont remplacés par des bâches tendues entre le muret et les rochers sur lesquels se sont réfugiés les migrants, une centaine d’hommes, femmes et enfants.
 
Mustafa est très à l’aise. Il explique qu’ils sont là depuis une semaine, pour « attirer l’attention des gouvernements sur le sort de ceux qui sont à la gare » de Ventimille. Ce Soudanais de 21 ans parle anglais et sert d’interprète à ses camarades. Il veut aller étudier l’anglais à Newquay mais ne sait pas encore quand il tentera à nouveau sa chance. « La gare de Nice est remplie de policiers… Je vais peut-être attendre 7 jours, ou 5 ou 3 », dit-il en souriant. Lui aussi explique son voyage par la violence qu’il a vue au Darfour.
 
« La France, c’est la seule route »
 
En contrebas, une maman plie du linge sur un rocher. Ses enfants âgés d’une dizaine d’années se préparent à dormir. Le plus jeune se brosse les dents. Son frère sort un matelas de dessous une bâche pour l’installer à un endroit plus plat.
Moubara est seul, adossé à un poteau. Après quelques minutes de méfiance, il déploie son large sourire. « Le Soudan, c’est très dangereux. Si je rentre, j’aurais de très gros problèmes, affirme-t-il sans vouloir en dire plus. Il a essayé de passer la frontière à plusieurs reprises, à pied, en bus et en train. A chaque fois, la police l’a arrêté. Il va continuer, tous les jours, parce que « la France, c’est la seule route » pour lui.
 
Un homme tient une pancarte "Nous n'y retournerons pas", le 15 juin, près de Vintimille, en Italie.
 
Une militante de la coordination Presidio Permanente No Border Ventimilia s’indigne : « Le gouvernement doit les aider et arrêter de les brutaliser.  Lundi, raconte Valeria Colombera, la police les a délogés d’un endroit ombragé près d’une fontaine, où ils avaient trouvé refuge, puis a installé les barrières. »
 
« Les flics n’ont pas chargé trop violemment », dit, quant à lui, Philippe de Botton. « Mais même s’ils ont à manger et à boire grâce aux associations et à la population mentonaise, explique ce membre de Médecins du monde, « ils sont fatigués et souffrent pour certains de dermatoses ou de déshydratation ».
 
De l’autre côté de la route, Youssef Alaoui sirote un verre sur la terrasse du bar-tabac. Ce Mentonais de 32 ans passe tous les jours devant le campement. « Les premiers jours étaient chauds mais depuis ça, c’est beaucoup calmé. » Youssef ne comprend pas pourquoi ils sont là. « Certains passent en France, d’autres non. Je ne sais pas pourquoi. J’en ai vu 2 ou 3 passer à pied pendant la nuit sans problème. » Youssef espère que l’Union européenne va trouver une solution pour eux. « Ça fait mal au cœur de voir des êtres humains comme ça. »
 

 Commentaires

LIRE AUSSI...

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du Covid-19, annoncent ses proches
Mar 24 Mar 2020 | dans Culture

Le 18 mars, un communiqué publié sur sa page Facebook annonçait son hospitalisation, à la suite d’une infection par le coronavirus.   Ses fans l’appelaient « Papa Manu », « Le Doyen » ou simplement « Manu ». ... Lire la suite >

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds

RDC: l'ex-ministre de la Santé Oly Ilunga condamné pour détournement de fonds
Mar 24 Mar 2020 | Source : rfi.fr ... | dans Autres Actus

En République démocratique du Congo (RDC), l’ancien ministre de la Santé Oly Ilunga Kalenga et son ancien conseiller financier Ezechiel Mbuyi Mwasa ont été condamnés ce lundi 23 mars à cinq ans de travaux forcés pour le détournement... Lire la suite >

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »

Lutte contre le terrorisme en Afrique : « La France et les Etats-Unis sont de moins en moins alignés »
Mar 04 Février 2020 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Pour Elie Tenenbaum, chercheur à l’IFRI, Washington est moins préoccupé par la menace terroriste que par la présence de la Chine et de la Russie sur le continent.   La ministre française des armées, Florence Parly, a annoncé dimanche... Lire la suite >

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers

Ces millions de dollars que la Libye perd du fait des blocus pétroliers
Mar 04 Février 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Economie

PERTE. Fermeture des champs pétrolifères et blocus des ports ont entraîné une perte de plus de 560 millions de dollars, selon la National Oil Corporation.   Au-delà des graves conséquences sur la vie des Libyens, la guerre qui sévit dans... Lire la suite >

L'enlisement français au Sahel questionné

L'enlisement français au Sahel questionné
Ven 24 Jan 2020 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Les mesures annoncées lors du sommet de Pau autour du G5 Sahel suffiront-elles à ramener la paix dans la région ? Éléments de réponse.     Lors du sommet qui s'est tenu à Pau le 13 janvier 2020, date du septième... Lire la suite >

« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »

« Au Burkina, la chefferie traditionnelle peut restaurer le dialogue et la cohésion sociale »
Ven 24 Jan 2020 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Titinga Frédéric Pacéré est l’un des premiers signataires de « l’Appel de Manega » pour « la paix et la réconciliation » d’un pays durement frappé par les violences djihadistes.     Un dicton... Lire la suite >

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition

Cameroun : Paul Biya reprend l'initiative en libérant le chef de l'opposition
Dim 06 Oct 2019 | Source : lepoint.fr ... | dans Autres Actus

ANALYSE. Après avoir fait preuve d'intransigeance, le chef de l'État, qui vient d'ordonner la libération de son principal opposant Maurice Kamto et de ses partisans, ainsi que celles de détenus liés à la crise anglophone, semble jouer l'apaisement.   En... Lire la suite >

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement

Le Burkina Faso au bord de l’effondrement
Dim 06 Oct 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

Une grande partie du territoire échappe désormais au contrôle de Ouagadougou qui commence à peine à sortir du déni face à la multiplication des attaques des groupes armés et des milices dites « d’autodéfense ».   Il... Lire la suite >

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme

Au Burkina Faso, des milliers d’écoles privées de rentrée à cause du terrorisme
Dim 15 Sep 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Société

L’Afrique fait sa rentrée (4). Depuis 2014, le pays est touché par des attaques de plus en plus nombreuses et meurtrières qui ont mis au chômage forcé plus de 9 000 professeurs.     Un petit cahier rouge est posé à côté... Lire la suite >

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence

Affaire des 15 millions de dollars en RDC: malaise à la présidence
Dim 15 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Economie

C’est un pavé dans la mare de la rentrée politique congolaise. Depuis plusieurs semaines, l’affaire dite des « 15 millions » de dollars présumés disparus des comptes du Trésor défraie la chronique en RDC et éclabousse la présidence... Lire la suite >

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré

Burkina : Diendéré et Bassolé, le sabre et le velours de Compaoré
Mar 03 Sep 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

L'un a servi dans les armes, l'autre dans la diplomatie : condamnés respectivement lundi à 20 et 10 ans de prison au terme du procès du putsch raté de 2015 au Burkina Faso, Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, généraux aux personnalités... Lire la suite >

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg

Afrique du Sud: la fièvre xénophobe sème le chaos à Johannesburg
Mar 03 Sep 2019 | Source : RFI Afrique ... | dans Société

En Afrique du Sud, ces dernières heures ont été marquées par la violence contre les ressortissants étrangers (africains). Depuis dimanche 1er septembre, des centaines de magasins ont été vandalisés et on compte trois morts, selon autorités... Lire la suite >

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo

Gabon - Demande d'expertise médicale : un peu d'air pour Ali Bongo
Ven 23 Aoû 2019 | Source : afrique.lepoint.fr ... | dans Autres Actus

La juge chargée d'examiner la demande d'expertise médicale formulée par l'opposition gabonaise pour évaluer la capacité du président Ali Bongo à gouverner après son AVC a été suspendue de ses fonctions.   Paulette... Lire la suite >

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste

Au Burkina Faso, l’armée démunie face au péril djihadiste
Ven 23 Aoû 2019 | Source : lemonde.fr ... | dans Autres Actus

Selon le dernier bilan, 24 militaires ont péri, lundi, dans une attaque perpétrée contre une caserne dans la province du Soum.   L’armée du Burkina Faso a connu, lundi 19 août, sa journée la plus noire depuis que ce pays d’Afrique ... Lire la suite >

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence

Gouvernement nigérian: on prend les mêmes et on recommence
Lun 05 Aoû 2019 | Source : slateafrique.com ... | dans Autres Actus

Le président nigérian Muhammadu Buhari, élu à 76 ans pour un second mandat en février, n'a toujours pas de gouvernement, mais les noms qu'il a soumis au Parlement pour approbation la semaine dernière suscitent déjà la polémique.   Ainsi... Lire la suite >

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine

Du franc CFA à l'éco: l'avenir incertain de la future monnaie ouest-africaine
Lun 05 Aoû 2019 | dans Economie

En théorie, la nouvelle monnaie de la Cédéao, baptisée éco, doit entrer en circulation en 2020. Mais c’est sans compter les difficultés inhérentes à sa mise en place, et aussi les réticences de certains pays de l’UEMOA à... Lire la suite >

Vidéo à ne pas rater

ACTE Côte d'Ivoire / Le 10e anniversaire célébré dans la ferveur
Lun 02 Sep 2019 | dans: Objectif Développement

Nos Partenaires

NOUS SUIVRE

Qui Sommes-Nous?

New AsTV Le développement par la coopération   Servir de canal numérique au développement de l'Afrique par la coopération. Telle est la vision de New AsTV. De fait, nous nous sommes laissés guider par les relations que l'Afrique...

Lire plus

Contacts

Newsletter

FLASH INFOS